Les enfants dans une société éveillée par Laurent Van der Wee

13-02-2016 16:38

par Laurent Van der Wee

Cet article est un extrait du volet I de mon e-book Ensemble pour un nouveau monde que vous pouvez vous procurer en remplissant le formulaire plus bas. Il compare deux civilisations, une nouvelle éveillée spirituellement et une ancienne plus dense. Aussi, je fais le pont avec des suggestions concrètes pour passé d’une civilisation à l’autre dans le volet II.

De plus Ensemble pour un nouveau monde est aussi un projet d’écriture où j’invite les enfants, les adolescents et les jeunes adultes à se questionner à travers des articles afin qu’eux aussi trouvent des solutions pour que tous ensemble nous bâtissons un nouveau monde. Voir les détails de l’e-book à la fin…

********************************

Les enfants

Les nouveaux enfants sont très importants aux yeux de tous. Ils sont reconnus en tant qu’âme et non en tant qu’individu. Personne ne les voit comme des êtres inférieurs, bien au contraire. L’ensemble les voit comme de jeunes sages, apportant la beauté, la spontanéité et la vérité. Dès leur jeune âge, un cadre est créé pour leur permettre l’expression d’eux-mêmes. On n’essaye pas de leur enseigner, mais d’apprendre d’eux. Naturellement, ils sont jeunes et ils ont besoin d’un cadre, par contre le cadre n’est pas là pour créer une limite d’évolution, mais pour leur permettre de s’exprimer.

La tâche de créer le cadre doit être faite par des ainés. Les enfants arrivent avec de sages connaissances qui demandent d’être mis au grand jour. C’est aussi à travers ce cadre que l’enfant apprend le but et le fonctionnement de cette société. Le défi de l’ainé est de créer un cadre d’expression pour que l’enfant puisse mettre des mots et des images sur ce qu’il sait être vrai et ainsi se reconnaitre en tant qu’âme. Comme chaque enfant est différent et porteur d’information différente, cette société a recours aux ainés, car ils ont un plus large vécu porteur de grande sagesse que les plus jeunes. Le but du cadre est de permettre aux enfants la plus grande expression d’eux-mêmes et cette expression est naturellement bénéfique pour l’ensemble.

Le cadre est différent de l’enseignement, il est là pour permettre à l’enfant d’exprimer ce qu’il connait déjà, ce qu’il veut apprendre et ce qu’il aimerait créer. Lorsqu’il le désire et qu’il se sent près, il est dirigé vers l’enseignement qui lui convient et qu’il a choisi. Il n’y a rien à enseigner d’autre que ce que l’enfant veut apprendre. Aussi, cet enseignement ne fait pas partie du cadre créé par l’ainé, il est donné par des individus ayant comme passion l’enseignement aux enfants désireux d’apprendre d’eux.

Cette société sait que les âmes incarnées sont parfois jeune parfois vieille. Vieille en termes d’existence et en termes de temps d’expérience d’eux-mêmes dans la matière. Lorsque l’enfant nait, les gens qui l’accueillent ne connaissent pas le parcours de cette âme. Parfois, cette âme peut avoir beaucoup plus de vécu que la personne qui lui servira de père ou de mère. Une âme peut avoir vécu très longtemps sur d’autre monde avant de s’incarner dans cette nouvelle société. C’est la raison pour laquelle chaque âme incarnée est accueillie en roi et reine par les parents et les ainés.

Le miroir

Les parents de l’ancienne civilisation ont tendance à voir les enfants qu’ils ont et prennent soin comme leur propriété. Ils leur imposent beaucoup de règles comme leur civilisation le fait avec ses citoyens. La plupart de ces règles viennent du passé et sont basées sur des croyances erronées renforcies par les parents. Ils essayent de changer l’enfant en pensant qu’ils doivent l’éduquer et lui apprendre à vivre, par conséquent ce tour de force crée beaucoup de tensions entre les deux. Dans cette tension, le parent croyant que c’est lui qui a raison, trouvera toute sorte d’outils et de façons de faire pour que l’enfant se plie à ses exigences. Dans cette civilisation, beaucoup de livres et même des intervenants bien scolarisé donnent aux parents une panoplie d’outils pour que l’enfant finisse par écouter. Des médicaments sont même prescrits pour que l’enfant se calme et fonctionne dans le cadre.

Le parent de cette civilisation n’a pas pris conscience que l’enfant est son miroir et que c’est lui qui doit changer. Comme la personne qui se regarde dans le miroir, si elle veut changer la coupe de ses cheveux, il ne sert à rien de s’en prendre au miroir. C’est la raison pourquoi ces parents répètent sans fin les mêmes choses à leurs enfants. Ils essayent de changer le miroir au lieu de revenir à eux et prendre le temps de se demander qu’est-ce qui les dérange, pourquoi vivent-ils cette situation récurrente avec leur enfant, quelle partie d’eux-mêmes crée la situation.

La compréhension des enfants

L’enfant arrive dans cette ancienne civilisation sans comprendre les règles. Comme les enfants sont très proches de leur âme à leur naissance, ils ressentent qu’il y a quelque chose qui ne fonctionne pas, quelque chose qui pourrait être différend plus élevé et plus facile. Les parents qui ne réussissent pas à déchiffrer ce que les enfants ressentent et essayent de leur partager, les freinent en leur imposant leur propre façon de faire et leur propre vision du monde. Ces parents ont oublié leur très jeune âge où eux aussi voyaient la vie différemment.

Certains enfants vivent de grandes angoisses, car ils sont également médium. Ils peuvent voir et ressentir des entités invisibles pour les adultes. On leur dit alors que ce sont des cauchemars et que ça n’existe pas. L’enfant qui n’est pas compris ne se sent pas en sécurité, il se referme sur lui-même ou adopte des comportements dérangeants essayant de comprendre le monde dans lequel il est, mais en vain.

La société et les enfants

Les parents de cette ancienne civilisation sont trop occupés pour prendre bien soin de leurs enfants. La plupart doivent travailler pour rejoindre les deux bouts, ils vont porter leurs enfants à la garderie le matin avant que l’école commence et les reprennent le soir. L’enfant est donc séparé de son proche parent très longtemps. Paradoxalement, les psychologues et les intervenants se donnant comme mission d’apprendre l’évolution de l’enfant disent haut et fort que c’est lors de la petite enfance que l’enfant bâtit sa sécurité intérieure et qu’il se prépare à entrer dans le monde. Ils disent par le biais de livres, de vidéos, d’entrevues, d’articles à travers la planète, que cette période est cruciale et que si l’enfant manque d’amour durant cette période il essayera de le compenser toute sa vie. Pourtant, plus ces gens prouvent leurs dires par des études de plus en plus poussées et crédibles, plus la société force les parents à placer leurs très jeunes enfants à la garderie, parfois même après moins d’un an de naissance.

Les besoins de l’enfant

L’enfant de l’ancienne civilisation arrive dans sa nouvelle vie avec beaucoup de blessures karmiques non résolues provenant de vies antérieures. Il a besoin d’être sécurisé et aimé sans condition. Il a besoin d’un temps de répit avant de s’intégrer dans le monde et d’aller à son rythme. Cette civilisation ne reconnait pas ce fait. Très tôt l’enfant doit suivre le rythme des parents et de la société. C’est même valorisé par la société et certains diront même: « il ne faut pas gâter les enfants, car ils deviendront détestables ». Dans cette civilisation, ils ont confondu gâter l’enfant de bien matériel et lui donner tout la présence et l’amour dont il a besoin. Pourtant toute l’information accessible aux parents prouve ce fait, mais comme les parents sont trop occupés, la plupart passent à côté.

Le cheminement des parents

Une autre situation créée dans cette civilisation est le fait que le jeune parent n’a pas fini de se connaitre. Il réagit aux gens et aux situations sans en connaitre la raison croyant que c’est normal. Il n’a pas fini de se guérir et doit déjà prendre soin de sa progéniture. Dans ce schéma, c’est impossible de donner aux enfants ce qu’ils ont vraiment besoin pour guérir de leur blessure karmique, ce sont des enfants qui s’occupent d’enfants. Ils savent que l’enfant a besoin d’être aimé et ironiquement, tous reconnaissent ce besoin mais très peu y arrivent vraiment. Très peu de gens évoluant dans cette civilisation comprennent ce qu’est l’amour, ils pensent le savoir, mais ils ne le savent pas, ils aiment seulement avec des conditions. Cette répercussion se voit dans toutes leurs relations. Comment peuvent-ils aimer leurs enfants sans condition s’ils n’arrivent pas se comprendre, se reconnaitre et s’aimer eux-mêmes sans condition?

Dans la nouvelle société, les jeunes ont des enfants, car ils ont le corps pour le faire plus facilement, mais ils ne voient pas les enfants reçus comme leur propriété. Ils savent que l’âme avant son incarnation choisit son parent, mais ne lui appartiennent pas. C’est donc un honneur pour un parent de recevoir la vie d’une nouvelle âme, mais jamais elle ne s’en approprie. Ainsi, c’est la communauté proche qui prend soin des enfants. Naturellement, les parents peuvent rester proches de leurs enfants, mais ce n’est pas une obligation pour le développement de l’enfant. Le jeune adulte sait et reconnait que lui-même a encore beaucoup à apprendre et à expérimenter, avant de se permettre de guider un enfant seul. Les enfants sont donc très bien encadrés et chacun les aime du plus profond de leur être, cependant, ils sont des enfants de leur planète et ils sont souverains.

Source et e-book : https://lapressegalactique.com/2015/12/18/les-enfants-dans-une-societe-eveillee/