Adamus shoud 07

Adamus shoud 07

LES MATÉRIAUX DU CRIMSON CIRCLE

La série :"La vie sans pouvoir"

SHOUD 07: "Poursuivre le chemin 07" - Avec ADAMUS, canalisé par Geoffrey Hoppe

Présenté au Crimson Circle

5 Mars 2016

www.crimsoncircle.com


 


 

Je suis ce que Je Suis, Adamus du domaine souverain.

Ahh! Mes chers amis, prenons une bonne respiration profonde avec cela.

J'aime que les Shaumbras aient de la classe, du style. J'aime, lorsque vous faites quelque chose, que ce soit pour monter une vidéo comme celle-ci * - réalisée ici au Cercle Cramoisi, nulle part ailleurs - lorsque vous montez une vidéo comme ça, quand vous faites quoi que ce soit dans votre vie, peu importe ce que c’est, j’aime que vous le fassiez avec style et classe. Cela fait une différence. Cela signifie que vous y mettez votre énergie. Vous y mettez votre créativité.

* En référence à la vidéo « À propos des enfants »

La plupart des gens se contentent de faire des choses. Ils les font de manière très répétitive, sans y infuser leur conscience, leur passion, leur énergie. Mais vous commencez à mettre votre Soi dans vos créations, à vous impliquer. C’est un grand pas en avant. C'est un pas audacieux que de mettre votre Soi dans votre vie, dans vos créations.

Si vous ne le faites pas, ça n’en vaut pas la peine. Ça ne vaut pas la peine d’agir. Si vous ne le faites pas avec toute la passion de votre cœur, ça ne vaut pas la peine de le faire. Sinon vous vous contentez de vivre chaque jour, en répétant les mêmes étapes encore et encore. Vous êtes dans une routine de vie ennuyeuse et banale. Mais quand vous y mettez tout votre cœur, même en sachant que cela pourrait être un grand risque – il se pourrait que ce soit rejeté, qu’on n’aime pas cela ou que ça ne fonctionne pas - ça n'a pas d'importance. Au moins, vous êtes vivant. Maintenant, je vais boire mon café (quelques rires).

SANDRA: J'attendais.

ADAMUS: Oui, merci (quelques applaudissements).

SANDRA: Je savais que vous y viendriez finalement.

ADAMUS: Merci. Et voilà ce que j’aime lorsque je travaille avec le Cercle Cramoisi, maintenant que nous allons de l’avant. Nous avons pris cette décision il y a quelques semaines. Nous allons de l'avant, dans ce qu'on appelle l'illumination incarnée, et c’est tellement différent, tellement rempli de passion, tellement risqué, effrayant, terrifiant. Il y a des moments où vous voulez revenir à la routine, parce que c’était sûr. Mais vous et moi savons que vous ne pouvez plus vivre comme ça. Vous ne vivrez plus comme ça. Vous partirez plutôt que de vivre comme ça.

Nous allons approfondir cette question aujourd'hui, mais maintenant je voudrais que vous preniez une photo énergétique de ce moment, que vous soyez ici dans le studio, ou que vous regardiez en ligne, ou plus tard. Prenez une photo énergétique - pas une image visuelle, mais une image de l'énergie - de vous-même et de tout ce qui vous entoure en ce moment. Prenez une photo de l'énergie.

(Pause)

Et puis quand nous en aurons terminé ici aujourd'hui, prenez- en une autre. Vous verrez comment vous pouvez opérer un changement dans votre vie. Peut-être subtil, peut-être tranquille, mais vous sentirez la différence si vous prenez une autre photo énergétique de vous-même et de votre réalité à la fin de la réunion.

Prenons donc une bonne respiration profonde avec cela.


 

Une question


 

Nous allons commencer aujourd'hui avec une question. J'aime commencer par une question ; ça vous réveille tous et ça vous permet de ressentir les potentiels et les possibilités.

LINDA: Est-ce que cela veut dire avec le micro ?

ADAMUS: Oui, s'il vous plaît. Donc, la question d'ouverture d'aujourd'hui est une question difficile ; c’est une question ésotérique. Il n'y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses, mais il y aura une réponse d’Adamus, bien sûr (rires).

LINDA: Duh !

ADAMUS: Et je vous demande de vraiment ressentir cela. Je vous demande de vraiment le ressentir, pendant que Linda balaie le public du regard pour voir qui va prendre le micro en premier.

LINDA: Vous ne pouvez pas vous cacher.

ADAMUS: Est-ce que l'illumination est quelque chose que vous choisissez ou quelque chose que vous acceptez ?

Est-ce que l'illumination est quelque chose que vous choisissez ou que vous acceptez ? Et pendant que vous y réfléchissez, avant que Linda arrive avec le micro, je veux simplement mentionner que Kuthumi et moi-même avons passé pas mal de temps avec Kahlil Gibran (dont le poème a été présenté dans la vidéo), à travailler avec lui.

LINDA: Bien sûr.

ADAMUS: À converser avec lui, comme l'a fait Blavatsky, mais, eh, elle sentait toujours le vieux tabac (quelques rires). Mais vraiment, il était l'un des vrais enseignants sur cette planète et c’est maintenant un Maître Ascensionné et en fait, il est disponible pour être canalisé.

 

LINDA: Hm.

ADAMUS: Hm. Mais il vaudrait mieux que vous soyez un bon écrivain, ou tout au moins disposés à y mettre votre cœur.

LINDA: Hm.

ADAMUS: Donc la question est, est-ce que l'illumination est quelque chose que vous choisissez ou quelque chose que vous acceptez ? Linda, micro ; public, réponses.

LINDA: D'accord. Je suis immédiatement attirée... Je savais que c‘est là où je devais aller.

ADAMUS: Oui, intéressant. Vous avez un peu changé.

TAD (habillée comme Roseanne Roseannadanna, le personnage de Gilda Radner): Je ne sais pas pourquoi ... Je n’en ai aucune idée ... eh bien, je ne suis pas - je suis venue d'en haut. Vous les gars vous vous éclatez tellement et je ... (rires) J’ai lu La vie du Maître. J'ai été au lit pendant quatre jours. Mes pieds puent. J'ai mal au ventre. Oh, mon dieu, c’est terrible.

ADAMUS: Alors, comment voulez-vous ...

TAD: Bref.

ADAMUS: Quel nom, quel titre vous donneriez-vous ? Quel rôle jouez-vous ?

TAD: Oh, Roseanne Roseannadanna.

ADAMUS: Ah ! Bien, bien, bien.

TAD: Oui. Elle est là en-haut (pointant vers le ciel), vous savez, mais elle regarde. Vous avez trop de p... de toute façon.

ADAMUS: Et pourriez-vous expliquer un peu au public - juste ici, Rose - Roseanne Roseannadanna.

TAD: Eh bien, j’étais un personnage de Gilda Radner. Vous n’étiez probablement même pas encore nés, mais c’était à l’époque des premiers jours du Saturday Night Live et elle était très ... elle était un bon personnage et Gilda vient de décéder et ça fait un moment qu’elle se trouve dans les Royaumes Proches de la Terre.

 

ADAMUS: Elle travaille avec vous, je vois.

TAD: Eh bien, elle essaie.

ADAMUS: Ouais, ouais. Elle essaie (rires Adamus et rires du public).

TAD: Je ne sais pas comment elle va, mais peu importe, je l'ai invitée à descendre ici.

ADAMUS: Elle mettait toute sa passion dans son jeu, dans ses rôles, et elle ne se retenait pas. Critiquée par beaucoup, mais c’est un bon exemple de «Si vous devez le faire, faites-le avec vie et passion » Alors, quelle est votre réponse à la question ?

TAD: Les deux.

ADAMUS: Les deux.

TAD: Les deux.

ADAMUS: D'accord.

TAD: Oui.

ADAMUS: Bien, bien. Ok, pourquoi ? (Quelques applaudissements)

TAD: J'ai oublié quelle était la question, mais je connaissais la réponse (beaucoup de rires). Je le jure ! Je le savais ! J'ai eu la réponse et maintenant si vous pouviez répéter la question.

ADAMUS: Alors Linda a murmuré à votre oreille: «Peu importe ce qu'il demande, dites ‘Les deux’. »

TAD: Les deux. Ne dites pas : «Je ne sais pas. »

ADAMUS: Je ne sais pas.

TAD: Parce que ...

ADAMUS: Oui.

TAD: ... ça n’est plus une excuse.

ADAMUS: Donc les deux. Ok. Commençons par choisir.

TAD: Eh bien, vous devez faire un choix conscient. Il doit y avoir un choix, un point de focalisation, un chemin. Vous devez choisir de vous y tenir, mais comme vous l’avez dit, ça va se produire de toute façon, de sorte que vraiment, vous savez, bordel, je veux dire ...

ADAMUS: Alors, que mettriez-vous en premier, l'acceptation ou le choix ?

TAD: Je pense que je dois l'accepter d'abord et ensuite choisir.

ADAMUS: Ok. Cela semble être le contraire en quelque sorte, mais d’accord. Ouais ouais.

TAD: Accepter le choix (Adamus rit). Ok.

ADAMUS: Bon. Bien, merci.

TAD: Merci.

ADAMUS: Merci pour votre réponse.

TAD: Merci.

ADAMUS: Oui (quelques applaudissements). Merci. Est-ce ça vous tient un peu chaud ? (En référence à l'énorme perruque qu'elle porte)

TAD: Ça va me tenir chaud...

 

ADAMUS: Effectivement (rires) Adamus.

 

TAD: ... sous peu. Je suis juste - oui.

ADAMUS: Bon. Bien. Suivant. Est-ce que l'illumination est quelque chose que vous choisissez ou quelque chose que vous acceptez?

ANDY: Je pense qu'elle a tapé dans le mille, parce que dans mon esprit vous devez faire un choix conscient pour y aller.

ADAMUS: C’est vrai.

ANDY: Mais vous n’y arrivez jamais vraiment. Vous devez la permettre.

ADAMUS: D’accord.

ANDY: Donc, c’est un peu ...

ADAMUS: Donc, l'œuf ou la poule. Qu’est-ce qui vient en premier, le choix ou l'acceptation ?

ANDY: Étant un humain, j'aime la partie choisir.

 

ADAMUS: Vous aimez la partie choisir.

ANDY: Parce que c’est quelque chose que je peux faire.

ADAMUS: D'accord. Génial. Pourquoi la poule a-t-elle traversé la route ?

ANDY: (légère pause) J’abandonne. Pourquoi ?

ADAMUS: Je ne sais pas. Je pose cette question depuis des siècles (quelques rires), personne ne semble connaître la réponse. Je viens de ...

ANDY: Nous devrons trouver une poule.

ADAMUS: Eh bien, oui. Oui. Oui.

ANDY: Oui. Bien.

ADAMUS: Bon. Prochain. L’illumination –choix ou acceptation ?

JEANNE: Je suis d'accord aussi, les deux.

ADAMUS: Les deux, et lequel est votre œuf et votre poule ?

JEANNE: Je pense que je l'ai accepté avant de venir dans cette vie et mon humain a choisi d’aller au bout des choses.

ADAMUS: D'accord, pourquoi auriez-vous besoin de choisir alors ?

JEANNE: Parce que mon humain aime à le faire ...

ADAMUS: Il aime apporter sa touche.

JEANNE: ... traîner dans la dualité.

ADAMUS: Oui. Ouais.

JEANNE: Mais mon humain, vous savez, à un moment donné, mon humain, quand j’étais enfant, mon humain a choisi, et - je veux dire mon humain l’a accepté - et j’ai dansé avec ce choix et puis je l’ai bloqué et je l’ai rechoisi. Puis, quand la vie - je ne pouvais tout simplement pas vivre ma vie sans ça ...

ADAMUS: Alors, dans quoi êtes-vous le plus en ce moment, le choix ou l'acceptation?

JEANNE: L’acceptation.

ADAMUS: L’acceptation ?

JEANNE: L’acceptation.

ADAMUS: Ok. Bien.

JEANNE: Juste l’acceptation, oui.

ADAMUS: L’acceptation.

JEANNE: Ouais. L'humain doit permettre tout simplement.

ADAMUS: Bien. De bonnes réponses jusqu’à présent. Où allons-nous avec ça ?

LINDA: Jusqu'à présent ?

ADAMUS: Jusqu'à présent.

LINDA: Jusqu'à présent ?

ADAMUS: Nous allons en prendre deux de plus.

LINDA: Ok.

ADAMUS: L’illumination. Est-ce une question de choix ou d'acceptation ?

LINDA: Scott.

SCOTT: Je suppose ...

ADAMUS: Pourriez-vous vous lever ...

SCOTT: Oh, bien sûr. Oui.

ADAMUS: ... de sorte que le monde entier puisse vous voir à tout jamais.

SCOTT: Je pense que c’est les deux à la fois.

ADAMUS: Les deux.

SCOTT: Grâce à la puissance du «et».

ADAMUS: Oui.

SCOTT: Et c’est simultané. Une fois que vous le choisissez, ça existe déjà immédiatement dans une autre réalité.

ADAMUS: Et comment faites-vous pour l’accepter, Scott ?

SCOTT: Mm. Je fais de mon mieux en ce moment (il rit).

ADAMUS: À quel point est votre mieux ? Ouais, ça sonne toujours un peu comme une bonne excuse ...


 

SCOTT: Bonne question (il rit).

ADAMUS: «Je fais de mon mieux. » En fait cela signifie «J’échoue (rires). Mais j’échoue lentement. »

LINDA: Ow !

ADAMUS: J’échoue lentement (ils rient).

LINDA: Ow !

ADAMUS: Voilà à quoi ça ressemble. Je lis les énergies ici. Alors, comment se passe l’acceptation ?

SCOTT: Je pense que je m’en sortais bien jusqu'à il y a environ deux jours, et puis je me suis dis, d'accord, un peu de soutien me serait utile maintenant.

ADAMUS: Oui.

SCOTT: Donc.

ADAMUS: Pas mal. Pas mal est un autre de ces termes pour «ça craint vraiment, mais je ne suis pas encore prêt à admettre la défaite. »(Ils rient)

SCOTT: Peut-être un peu.

ADAMUS: J'aime les humains. Ils ne disent pas ce qu'ils veulent vraiment dire, mais si vous, vous ressentez l'énergie réelle derrière les mots qu’utilisent les gens, c’est une toute autre histoire. Alors, mais au moins vous souriez.

SCOTT: Oui, c’est vrai.

ADAMUS: Oui. C’est l'un de ces sourires (quelques rires alors qu’Adamus fait un sourire forcé). Alors, oui. Donc, ramenez le micro ici. Nous n’avons pas encore terminé.

LINDA: Oh ! Ok.

ADAMUS: Eh bien, non. Donc, les choses se corsent. Qu'est-ce qui se passe ?

LINDA: Désolé, Scott.

ADAMUS: Qu'est-ce qui se passe ?

SCOTT: Ehh, juste, euh - Lorsque je suis venu ici cette fois, j’ai dit aux gens que le mois dernier j’aurais tout simplement résumé la chose comme étant un beau bordel. Je vois une belle co-création en ceci, mais c’est une des périodes les plus folles que j'ai vécu dans cette vie, je pense. Voilà.

ADAMUS: Un élégant chaos.

SCOTT: Un élégant chaos. Oui.

ADAMUS: Oui. Vous savez, en fait c'est une très bonne chose.

SCOTT: C’est, c’est ... ouais.

ADAMUS: Difficile à traverser.

SCOTT: Oui.

ADAMUS: Mais c’est vraiment, vraiment, vraiment une bonne chose, et je vais en parler.

SCOTT: Je ne pense pas que j’aurais pu gérer ce niveau ou cette intensité dix ou cinq ans en arrière.

ADAMUS: Ouais, ou peut-être un an ou deux en arrière.

SCOTT: Oui.

ADAMUS: Oui. Ouais.

SCOTT: Oui.

ADAMUS: Bon.

SCOTT: Je suis donc – là-dessus, je suis assez fier de moi pour ...

ADAMUS: Un petit conseil ...

SCOTT: Ok.

ADAMUS: ... de la part d’Oncle Adamus ?

SCOTT: Oui (quelques rires).

ADAMUS: Vous êtes aux prises avec des choses en ce moment.

SCOTT: Oui.

ADAMUS: Pas seulement une. Il y en a une sur laquelle vous êtes focalisé, mais il y a beaucoup, beaucoup d'autres problèmes autour.

SCOTT: Mm hmm.

ADAMUS: Vous essayez de résoudre ça avec vos vieux outils.

SCOTT: Oui. Oui. Je peux voir ça.

ADAMUS: Les vieux trucs. Les vieux trucs.

SCOTT: Oui, En mode « résous-le ». Ouais.

ADAMUS: Parce qu’ils fonctionnaient plus ou moins auparavant.

SCOTT: Oui.

ADAMUS: En tout cas en partie, et les anciens outils vous permettaient de traverser la crise.

SCOTT: Mm hmm.

ADAMUS: Ça ne fonctionnera plus. Ils ne fonctionneront plus, et c’est effrayant de voir que les choses sur lesquelles vous comptiez, que ce soit de petits clichés que vous vous racontez, que ce soit des choses comme vous projeter dans l'avenir où tout va bien, que ce soit même des schémas et des routines dans lesquels vous vous trouvez – eh bien, bon sang, si vous devez partager cette photo ... (Linda rit) Allons-y tous ensemble. Très bien (Il va dans le public).

 

LINDA: Ok.

ADAMUS: Je vais en parler. Et je continuerai à vous parler...

SCOTT: De la distraction, oui.

ADAMUS: ... parce que vous êtes la chose la plus importante pour moi en ce moment. Mais ... (rires alors qu’Adamus se joint à Sart et Linda pour une photo) Donc les anciens outils ne fonctionnent plus, et c’est pourquoi ... ça explique un bon nombre de choses. J'adore la distraction.

SCOTT: Uh huh.

ADAMUS: Et j'aime la distraction consciente et intentionnelle parce que les humains et les Shaumbra ont tendance à se retrouver coincés dans les schémas, les anciens schémas – « Nous allons revenir à ce que nous faisions. Nous allons revenir à ... si tout le reste échoue, bordel, contentons-nous de méditer ou de chanter ou quelque chose comme ça, ou même recommençons à prier. » Donc, vous êtes coincés dans une routine, et j'aime distraire, parce que ça vous sort du mental pendant un instant. Ça enclenche la conscience. Comme lorsque vous faites claquer un élastique, en particulier sur votre poignet, ça change les choses en quelque sorte. La distraction déplace la conscience vers un nouvel endroit. Vous savez, la conscience est en quelque sorte contractée du fait de tout ce que vous traversez et essayez de comprendre, et du fait que vous utilisez des outils anciens. Eh bien, distrayez-vous tout simplement si c’est nécessaire. Faites quelque chose pour vous distraire. Sautez d'une fenêtre – une fenêtre du premier étage, bien sûr (quelques rires). Le premier étage ou vous ...

SCOTT: Eh bien, je recherche un ranch à présent, ainsi ça devrait être plus facile (ils rient).

ADAMUS: Mais faites quelque chose pour vous distraire, briser le schéma, en sortir. Donc, bien.

SCOTT: Ok.

ADAMUS: Alors vous vous débattez, vous essayez de ressortir les vieux outils, ça ne fonctionnera pas.

SCOTT: Oui, et j’ai la sensation, comme dans le dernier Shoud, lorsque vous parliez d'aller dans un espace que je ne - qui pour moi n'existe pas.

ADAMUS: Exactement.

SCOTT: Et donc ...

ADAMUS: Exactement.

SCOTT: ... je viens d’apprendre que c’est de l'autre côté.

ADAMUS: Oui. Et puis vous essayez d'exister en allant dans l'espace qui n'existe pas parce que vous n’avez jamais été là-bas, et vous êtes instantanément vaincus avant même de le faire. Alors vous dites simplement : «Je vais juste le faire. Je ne vais pas y penser » et vous êtes là.

SCOTT: D'accord.

ADAMUS: Bien.

SCOTT: Merci.

ADAMUS: Merci. Prochain.

LINDA: Adamus, vous savez, Geoff vous a habillé plutôt élégamment aujourd'hui (le public est d'accord).

ADAMUS: Que diriez-vous si j’habillais Cauldre...

LINDA: nahhh ! (rires)

ADAMUS: ... parce qu’autrement ça n’allait pas être fait. Pas besoin d’être un Maître Ascensionné pour comprendre cela ! (Plus de rires) Mon Dieu ! Regardez sa garde-robe ! Oui.

NANCY: Pour moi, je pense accepter.

ADAMUS: Accepter. Ok.

NANCY: Parce que j’ai toujours eu la sensation d’être poussée dans la direction où j’avais besoin d’aller.

ADAMUS: Oui. Poussée par qui ?

NANCY: Je me le demande (ils rient).

ADAMUS: Encore une fois, vous n’avez pas besoin d’être un Maître Ascensionné pour comprendre cela. Une idée d’où vient cette sensation d’être poussée ?

NANCY: Oui, Yogananda.

ADAMUS: Mmm, une idée d’où vient cette poussée de Yogananda ? Yogananda ne va pas pousser à moins que quelque chose d'autre ne soit présent.

NANCY: Moi-même, je suppose.

ADAMUS: Je suppose.

NANCY: Oui.

ADAMUS: Oui. Ouais. Ouais. Si je devais décerner un prix Adamus je vous en donnerais un aujourd'hui, mais je ne crois pas ... (Sart offre l’un des siens) Ceux-ci sont à vous, gardez-les pour toujours. Oui. Le mois prochain. Nous reviendrons aux Récompenses d’Adamus, mais je vous remercie pour votre réponse.

LINDA: Que vouliez-vous ? Aviez-vous une demande spéciale ?

ADAMUS: Les Récompenses d’Adamus ?

LINDA: Non ! Trop tard pour ça.

ADAMUS: Quelqu'un d'autre veut les distribuer? (Quelqu'un dit «Non») Notez pour la prochaine fois.

LINDA: Je vais vous en trouver. Je vais vous en trouver.

ADAMUS: Bien, bien.

LINDA: Mais pas aujourd'hui.

ADAMUS: Pas aujourd'hui.

LINDA: Pas aujourd'hui.

ADAMUS: Le mois prochain, d'accord. L’illumination, est-ce une question de choix ou d'acceptation ?

SHAUMBRA 1 (femme): (elle soupire) Eh bien, tout d'abord j’ai pensé, eh bien, le choix, bien sûr. Et puis j’ai pensé, eh bien, les deux, naturellement. Et puis j’ai pensé, eh bien, non, c'est l'acceptation, et je répète exactement ce que la belle Nancy a dit, parce que c'est exactement ce que j’ai ressenti. C’est comme si vous deviez l'accepter, vous devez être dans un espace d'acceptation, et puis vous pouvez choisir.

ADAMUS: Oui.

SHAUMBRA 1: Je pense que c’est d'abord l'acceptation.

ADAMUS: Intéressant. Du point de vue humain, ça semble être un peu à l’envers, mais intéressant. Ouais.

SHAUMBRA 1: Ouais. Ouais.

ADAMUS: Bon. Ouais.

LINDA: Hm.

ADAMUS: Hm. Un de plus.

LINDA: Un de plus.

ADAMUS: Oui.

LINDA: Oh, demandons à Mofo.

ADAMUS: Tout le monde, « Mofo ! Mofo ! » Ouais, ouais. Ouais. Ouais.

MOFO (Marty): Eh bien, je ferais mieux de dire quelque chose de bien ! (rire)

ADAMUS: Ou de rapidement distraire, l'un des deux.

MOFO: Ouais, ouais.

ADAMUS: Distraire rapidement.

MOFO: Regardez ! Elvis ! (Plus de rires) Euh, je vais vraiment prendre des risques là et juste dire les deux.

ADAMUS: Les deux.

MOFO: Wow.

ADAMUS: D'accord.

MOFO: Choquant, hein !

ADAMUS: Wow !

MOFO: Choquant.

ADAMUS: Wow. Alors, mais encore une fois, l'œuf ou la poule. Qu’est-ce qui vient en premier ? Quel est celui qui prédomine en ce moment dans votre vie ?

MOFO: Accepter, bien sûr.

ADAMUS: Accepter.

MOFO: Ouais.

ADAMUS: Ok.

MOFO: Le choix vient en premier, mais alors vous devez accepter la «sainte merte» (il prononce merde avec un accent allemand) qui vient avec.

ADAMUS: Je suis désolé. Sainte quoi ?

MOFO: Merte.

ADAMUS: Merte.

MOFO: Merte.

ADAMUS: Un nouveau mot ?

MOFO: Bien sûr, pourquoi pas ?

ADAMUS: Bien sûr. Bien bien.

MOFO: Je suis doué pour inventer des mots.

ADAMUS: Sainte Merte ! Bien. Bien. Ok, donc pour vous en ce moment, davantage l'acceptation, mais le choix est venu en premier.

MOFO: Tout à fait. Tout à fait.

ADAMUS: D'accord.

MOFO: Ouais.


 

ADAMUS: Bien. Bonnes réponses. Vraiment, toutes les réponses sont bonnes. C’est de plus en plus difficile de vous coller, les gars, c’est vraiment de plus en plus difficile, et ceux d'entre vous qui êtes tranquillement chez vous, vous vous dites probablement aussi: «Oui, c’est ça. Les deux. Les deux à la fois. »

Et maintenant, quelle est la réponse d’Adamus? C’est effectivement les deux à la fois. C’est les deux. Cependant, un phénomène intéressant, que certains d'entre vous ont souligné, puis vous avez douté parce que j’ai implanté le doute en vous (quelques rires), c’est que l'illumination est venue en premier. L'illumination est venue d’abord. Le chemin entier vers l'illumination, et finalement l’acceptation, c’est venu d’abord.

C'est intéressant. C’est un schéma évolutif suite à vos nombreuses vies sur la planète, à vos nombreuses expériences et en fin de compte dû au fait que vous arrivez au bout de cette chaîne d'expériences, et en gros vous vous dites: «Ok, combien d’expériences encore vais-je continuer à faire sur cette planète ? Qu’est-ce que moi, en tant qu’âme, je choisis vraiment de faire ? » À un certain moment, ce processus d’illumination a commencé par une évolution de conscience/ une dynamique d’énergie. Ça a commencé.

Alors, à un point intéressant, vous avez choisi l’illumination. L'humain l’a choisie. L'humain savait déjà que beaucoup de choses se passaient dans votre vie. Beaucoup de choses étaient en train de changer. Vous vous sentiez différents des autres personnes. Vous traversiez de nombreux bouleversements internes, et à un moment donné, que ça ait été déclenché par la lecture d’un livre ou par un gourou ou toute autre chose, l'humain l’a choisie.

Le choix de l'illumination était tout simplement la validation de quelque chose déjà en cours. Le choix que vous avez fait en tant qu'humains, que ce soit le choix de l'illumination, le choix de l'éveil, en disant: «Je choisis de prendre cette direction, je choisis de m’accomplir dans mon illumination. » Vous pouviez presque entendre votre âme rire, d’un rire très doux, vous disant: « C’était déjà en train d’avoir lieu. Enfin tu le reconnais tu donnes ton accord ». Vous en tant qu’humains, à présent vous êtes en train de cesser de résister et de lutter. Vous acceptez enfin quelque chose qui était de toute façon en train de se produire.

C’est une question intéressante, un peu dans le genre de la question de l’œuf ou la poule, mais je voulais que vous soyez tous conscients que tout ce cheminement vers l'illumination - ou, plutôt, le processus entier de l'illumination incarnée – était en train d’avoir lieu, et ce depuis longtemps. Peut-être pas consciemment. Peut-être que l'humain n'en était pas conscient, mais c’était l'évolution de l’âme. Cela va arriver de toute façon, et quand vous vous êtes arrêtés à un moment et avez dit: « L’illumination, c’est ce que je choisis pour ma vie à présent, » c’est comme si ça avait rassemblé les énergies, amenant la validation de ce qui était déjà en train de se passer, apportant une facilité en ce sens où vous n’étiez plus en train de créer cette séparation entre la vie humaine et l'âme, mais où en fait d’unifier tout cela.

Alors, quand vous l’avez choisie consciemment, quand vous avez su que vous vous éveilliez, quand vous avez su que c’était le chemin pour cette vie-là, c’est en riant doucement que votre esprit a dit: « C’est en train de se produire de toute façon. À présent, cher humain, voudrais-tu simplement l’accepter ? »

Vous ne dirigez pas votre illumination. Vous n'êtes pas responsables de votre illumination, ainsi que je vous l'ai déjà dit plusieurs fois. Elle ne dépend pas de ce qui se passe ici, de la façon dont vous pensez qu’elle va se passer, à quel point vous essayez de forcer cette illumination. C’est vraiment une question d'acceptation. D’acceptation, vraiment, de votre Je Suis, de votre Soi d’âme. C’est déjà en cours, et la question aujourd'hui pour chacun d’entre vous, en guise de validation, c’est : pouvez-vous simplement l’accepter ?

Elle n’est pas dirigée par un quelconque conseil angélique. Ce n’est pas l’Esprit qui l’accomplit. Il n'y a pas de guides spirituels, d’archanges, ou quoi que ce soit d’autre. Vous le savez. Elle vient du Je Suis. Et ne pensez pas que l’illumination est un choix du Je Suis; il s’agit de l'évolution de votre âme, et elle se produira d'une façon ou d’une autre, tôt ou tard, pour tout le monde, mais vous, vous êtes ici-bas sur cette planète depuis plus longtemps que d'autres.

Vous avez vécu plus de vies. Vous étiez parmi les premiers êtres originels sur cette planète. Vous êtes venus ici. Vous l’avez fait. Vous avez fait à peu près tout, et au niveau de l'évolution de votre âme, elle vous dit qu’à présent c’est le temps de l’intégration. Il est temps de réunir tout cela dans un grand crescendo, tout comme à la fin d’une musique, les lumières, les énergies en viennent à se réunir - (clap!) - et à s’intégrer. Alors voudriez-vous bien, s'il vous plait, simplement vous permettre de l'accepter? Arrêtez de penser que vous devez être ceux qui doivent la planifier et l’organiser. Vous n’avez pas à le faire. Pas du tout.

Prenons donc une bonne et profonde respiration avec cela. Ahh! Mm. Bien.

Linda, nous aurons besoin que vous reveniez ici avec votre tablette magique.

LINDA: Oh, mon Dieu.

ADAMUS: Oui, on a viré mon paperboard, il parait que ça ne rendait pas bien à l’écran.

LINDA: Oh, pauvre de vous. Haah!

ADAMUS: Alors maintenant, elle a sa tablette magique.

Bon, il y aura quatre points principaux aujourd'hui. Le premier point que je vais aborder….


 

1. Tout passe par des évolutions.

Tout passe par des évolutions, des cycles. Tout, c’est à dire vous, en passant par la nature, et ce que nous appellerons le temps et l'expérience. L'âme aussi passe par des évolutions. L'humain, bien plus que l'âme, l'humain passe par une série de cycles, et a tendance à se coincer dans ses schémas répétitifs.

Il y a une énergie électrique, magnétique et gravitationnelle qui aspire littéralement l'humain dans des cycles, dans des schémas. Et l'humain a tendance à rester dans ces cycles, à les répéter - un exemple simple, les vies passées, l’incarnation – c’est une répétition, une répétition encore et encore. À cause de la dynamique, la lumière émanant de vous attire les énergies électriques, gravitationnelles et magnétiques qui vous maintiennent ensuite dans ces cycles.

Tôt ou tard, ça doit exploser. L’énergie ne peut pas rester statique. L'énergie ne peut pas rester figée dans une forme. Tôt ou tard, elle doit se libérer, revenir à son état d'origine. Rien ne peut rester identique à jamais. Rien ne peut rester toujours pareil, sauf la conscience, sauf la conscience. Tout le reste change.

Mais nous avons cette planète, cette planète qui évolue depuis des millions et des millions et des millions d'années, et nous avons la biologie humaine. Nous avons la nature. Nous avons les pensées et tout le reste. Tout cela s’insère dans des modèles répétitifs.

Les schémas sont merveilleux, en quelque sorte, parce que ça vous familiarise avec les énergies, avec l'expérience. Mais ils ont aussi une tendance à vous retenir. C'est vraiment l'un de vos plus grands défis. Vous savez, vous passez par tous ces trucs mentaux, « Qu'est-ce qui ne va pas chez moi? », ce genre de choses. Vous pouvez vous débarrasser d'environ 99,99% de cela, parce qu’il ne s’agit pas de ce qui ne va pas chez vous, mais du fait que vous êtes coincés dans ces schémas dont vous savez qu’ils ne sont tout simplement plus adaptés.

Mais le mental humain, parce qu'il est très structuré, très ancré dans des modèles, va littéralement essayer d’entrer plus profondément dans ses schémas. Il va entrer plus profondément en lui-même pour essayer de trouver la réponse, et il ne pourra pas. C'est alors que vous devenez fous, ou que les choses changent dans votre vie, ou que vous en avez tellement marre de ce que vous vivez que vous commencez finalement à accepter et à permettre. Vous commencez enfin à vous dire: «Hé, l'ancienne façon de faire ne fonctionne plus. Je l'ai essayée mille fois et elle ne marche tout simplement plus, alors je renonce. Je lâche prise. Je ne m’abandonne pas à un être inconnu, l’Esprit, Dieu, les anges ou quoi que ce soit d’autre; je lâche prise, tout simplement. Point. J’arrête de continuer encore et encore. » Vous lâchez prise, et alors les changements arrivent.

Les humains et cette planète, tout ce qu’il y a sur cette planète, cette dimension, sont dans un schéma depuis longtemps. Les schémas, c’est amusant. Vous savez, ça fait beaucoup moins peur. Les schémas, c’est amusant parce que quand vous bouclez la boucle - vous savez, vous êtes dans ces schémas, ces cycles de vie et tout ça - c’est assez amusant parce que vous acquérez de l'expérience encore et encore, et peut-être que vous chopez ce que vous avez raté la première fois ou la deuxième ou la 847ème fois (quelques rires). Mais au bout d’un moment, vous vous dites- «ok, j’ai compris maintenant. J'ai compris. »

Alors à un certain moment, ça casse, ça explose. À un certain moment, il y a assez de conscience, il y a assez d'acceptation pour que tout à coup, tous les schémas commencent à se démanteler. Ils commencent à se dissiper- d'abord à un niveau très personnel, à l’intérieur de vous, et puis plus tard à un niveau très global - et c'est ce qui se passe maintenant.

Une chose intéressante est arrivée en février, une chose très intéressante. Je sais, vous allez dire, j’ai déjà entendu ça, le mois de février a été intense, un mois insupportable; nous pouvons utiliser plein de mots, mais intense, frustrant, effrayant, amusant, vous avez d’autres mots commençant par "f" (en anglais, avec une référence à “fuck”) ? (rires)

LINDA: Dingue.

ADAMUS: Ou tout autre mot - vous pouvez me les crier; je les répéterai – d’autres mots pour décrire ce mois? Terrifiant? (Quelqu'un dit « Magnifique ») Magnifique. Merci.

LINDA: Intense.

ADAMUS: Intense, déjà dit. Oui. (Quelqu'un dit « Chaotique ») Chaotique, absolument. (Quelqu'un dit « Perturbant ») Perturbant, c’est le terme. C’est le terme. (Quelqu'un dit « Bouleversant ») Bouleversant, superbe. (Quelqu'un dit « Avec un jour supplémentaire ») Génial. Un jour supplémentaire (le 29). (Quelques rires et quelqu'un crie «Ouais!») Pourquoi pas? Écrivons simplement « jour supplémentaire ». Contrasté. Beau.

LINDA: Politiquement incorrect (plus de rires).

ADAMUS: Politiquement incorrect. Des moments d'extase absolue. Des rêves étranges.

LINDA: Hmm.

ADAMUS: Des rêves qui deviennent de plus en plus étranges.

LINDA: Mm hmm.

ADAMUS: Nous en reparlerons. Ohh! Ne deviennent-ils pas étranges?

LINDA: Mmm!

ADAMUS: Qu'est-ce qui se passe avec vos rêves?

LINDA: Mm.

ADAMUS: Pourquoi - je vais faire une parenthèse un instant - comment se fait-il qu’il y ait si peu de vrai travail concernant les rêves, la compréhension des rêves? Il y a bien quelques livres sur le sujet ou quelques instituts spécialisés dans le sommeil et les rêves, mais ils n’ont pas la moindre idée de ce qui se passe.

Vous passez un tiers de votre vie à rêver. La plupart des gens haussent les épaules, «Eh, c’était juste un rêve. » Vous plaisantez ! Vous plaisantez certainement, si on considère tout ce qui se passe là, et il y a des gens qui se contentent de hausser les épaules – « Eh, c’était simplement un rêve » - comme si c’était juste un dessin animé qui se jouait dans votre mental toute la nuit ? Comme si vous n’aviez rien de mieux à faire que de mettre cette merde dans votre mental ? (quelques rires)

LINDA: C’était quoi ça?

ADAMUS: Et ensuite, vous vous réveillez et vous vous dites: «C’était quoi ça ? » Ou pire encore, «Je ne me souviens pas de mes rêves. » Vous rêvez à au moins douze niveaux différents en même temps pendant la nuit. Vous rêvez en ce moment même, mais c'est un tout autre sujet. Alors, revenons à notre sujet.

Une chose intéressante est arrivée en février et la plupart d'entre vous l’avez ressentie à un degré ou un autre. Mais que faites-vous ? Vous traitez ça comme s’il s’agissait d’un rêve. « Oh, c'était juste un mois comme un autre. » Du genre, « J’espère qu’il n’y en aura pas d’autres comme ça avant longtemps » (quelques rires). Vous haussez les épaules et vous dites: «C’est juste les énergies qui sont hautes. » Mais que s’est-il vraiment passé ce mois-ci ? Que s’est-il vraiment passé ce mois-ci ? Eh bien, permettez-moi de vous l'expliquer.

LINDA: Ok (quelques rires).

ADAMUS: Ok. C’est un phénomène intéressant.


 

Le Nouveau

Alors, après des millions et des millions et des millions et des millions d'années dans ces cycles qui changent lentement, lentement, lentement; après des millions d'années à avoir eu fondamentalement la même biologie et le même processus mental; des millions d'années où la nature était en évolution, passant par un processus de vie / mort, un processus de renouvellement puis de mort année après année, après des éons et des éons à ce que les choses soient juste dans des modèles répétitifs ou dans des cycles, dans le renouvellement - le renouvellement, ça veut dire un truc du genre prendre les mêmes vieilles énergies et juste les remodeler un peu en quelque sorte, en élaguant peut-être un peu l'arbre énergétique, mais fondamentalement juste en se renouvelant - une chose intéressante est arrivée entre mi et fin février.

Cette planète est entrée dans le nouveau au lieu de se renouveler. Qu'est-ce que je veux dire par là ? Cela signifie que la conscience, le désir et la passion ont atteint un certain point jamais atteint auparavant sur cette planète, et que désormais tout va devoir devenir nouveau.

LINDA: Hm.

ADAMUS: Hm. Sensationnel. « Qu'est-ce que ça veut dire ? Je vais avoir une nouvelle voiture ? (Quelques rires) Je vais sortir et mon … » Ouais. Ouais, tout à fait.

Maintenant, revenez au simple postulat que tout est resté dans des modèles pendant longtemps. Ça change lentement – là est votre véritable frustration. Ça vient si lentement ces fichus changements – dans tous ces modèles répétitifs. Soudain, à un certain stade, on peut dire qu’une sorte de seuil a été atteint sur la planète. Alors à présent, tout doit devenir nouveau plutôt que renouvelé.

LINDA: Tout doit être mis à nu !

ADAMUS: Devenir nouveau. Si quelqu'un se déshabille et court dans tous les sens, je comprendrai (plus de rires).

Tout va être nouveau. Maintenant, je parlerai beaucoup plus en détail de cela dans notre ProGnost de mi-année. La technologie favorise cela. La technologie ne cause pas cela, mais la technologie favorise cela.

Tout va être nouveau, et ça sera différent, parce qu’en général vous dites: «Ok, eh bien, bon sang, j’ai déménagé dans une nouvelle maison, alors est-ce que ça, ce n’est pas quelque chose de nouveau dans ma vie ? » Non. Ça, c'est un cycle. C'est juste – c’est toujours une maison. C’est juste déménager d'un endroit à un autre endroit. C’est un renouvellement, plutôt que quelque chose de totalement nouveau.

Vous dites: «Eh bien, j’ai quitté mon emploi et j’en ai un nouveau, qui paie plus et que je préfère ». Eh bien, c’est encore un renouvellement. Ce n’est pas nouveau. Ou vous dites: «J'ai vendu ma voiture et j’en ai acheté une nouvelle. » Non, c’est encore une voiture. Ce n'est pas nouveau; c’est juste un renouvellement. C’est un peu comme vos incarnations, vous savez, vous venez ici-bas pour une incarnation, et vous dites, « Eh bien, c’est une nouvelle incarnation. » Non, vous avez juste renouvelé un ancien contrat qui vous a conduits à revenir dans la vieille biologie et l'ancien mental.

Quelque chose d’amusant est arrivé en février. Tout va maintenant devoir aller vers le nouveau, hors des cycles, hors des modèles répétitifs, et, aussi merveilleux que cela puisse paraître, cela va être terriblement effrayant pour la plupart des gens, autres que vous, parce que vous, c'est ce que vous avez voulu. Tout va vers le nouveau.

Vous êtes en train de le voir, mais vous verrez que ça va continuer et ça va continuer à être intense sauf si vous savez ce qui se passe réellement au niveau énergétique. Vous allez le voir - Linda a utilisé cet exemple auparavant – en politique. La politique va entrer dans le nouveau. L'ancienne façon de faire de la politique - je crois que vous avez parlé des élections tout à l’heure - quelque chose va arriver qui va la faire exploser. Il le faut. Il le faut (quelques applaudissements).

LINDA: C’est en bonne voie! C’est en bonne voie!

ADAMUS: Oui, mais en même temps que je dis cela, vous vous dites: «Eh bien, regardez celui qui apporte le nouveau, ou le messager, le livreur. Eh bien, quel abruti !» ou quelle que soit votre impression. Je n'ai pas de préférence pour un côté ou un autre. Et vous dites: «Bon, quel idiot? »

Eh bien, regardez ce qui se passe réellement. Il ne s’agit pas d’un idiot; il s’agit de changement. Quelque chose devait secouer l'arbre. Quelque chose devait faire bouger les choses, devait les faire exploser, et c’est ce qui arrive en ce moment et beaucoup de gens en ont très peur parce que ça leur enlève leur petite base de pouvoir. Ça fait disparaitre leurs cycles, leurs schémas, leurs niveaux de confort. Ils prennent peur.

Ils sont effrayés, ils ont peur - j'espère que vous avez tous éprouvé une bonne dose de peur ces derniers temps (Adamus rit). Non, je dis ça parce que la peur a une énergie incroyable en elle. C’est une combinaison entre les dynamiques magnétique, gravitationnelle et électrique, et elle aspire tout en elle. Voilà ce qui arrive quand vous entrez dans la vraie peur. Je suis sûr que vous avez tous déjà ressenti une véritable peur absolue. Pas juste une petite nervosité, mais une peur réelle. Si vous pouviez vous le représenter un instant, c’est comme si la peur faisait tout s’effondrer, elle provoque une constriction et une contraction, et vous plonge dans une sorte d’obscurité. On essaie de trouver la sécurité, mais on n’est pas en sécurité, quoi qu’on fasse. Par peur, vous essayez de quitter l'existence, vous cessez de rayonner votre lumière. C'est la dernière chose que vous ayez envie de faire.

En fait, parfois la peur peut être une force de changement très, très dynamique. Elle peut faire exploser les choses, parce que la peur vous ramène au coeur des choses, à leur niveau de base. La peur ne s’encombre pas de makyo. Si vous essayez le makyo sur la peur, ça ne marche pas. La peur ne s’encombre pas des petits clichés à l’eau de rose. Vous dites: «Eh bien, je vais me faire faire un petit massage pour sortir de ma peur. » Je ne pense pas que ça marchera. D’ailleurs, vous ne franchirez même pas la porte, vous avez trop peur. Alors, comment même pourriez-vous vous faire faire un massage ?

Donc, la peur a cette incroyable ... c’est comme un trou noir de forces gravitationnelles, électriques et magnétiques. Elle aspire, tout simplement. Mais ensuite elle fait tout exploser. Elle fait exploser toutes les vieilles structures, si vous le permettez.

Les gens sont coincés dans la peur depuis longtemps parfois. Ils sont pris en elle, en particulier à cause des médicaments - désolé de soulever ce point, mais ils ne sont pas bénéfiques. Vous commencez à prendre des médicaments pour surmonter votre peur et tout à coup vous êtes coincés dedans. Vous finirez par en sortir, mais, pour la plupart d'entre vous, cette peur de «Oh, mon dieu, qu'est-ce qui va se passer ensuite ? » peut être une chose incroyable. Elle vous mène à votre moment de vérité et de lumière, à ce qui est vraiment important. Alors revenons au point essentiel.

Tout va dans le nouveau à présent. Cette planète ne peut plus rester dans les cycles. Combien de temps cela prendra ? Je ne sais pas. Ce n’est pas vraiment important - des centaines, des milliers d'années, qui sait; plutôt des centaines - mais tout change à présent. Au lieu de se renouveler, ça va prendre le chemin du nouveau. Il se peut que ça passe encore par quelques renouvellements avant d’en arriver au nouveau. Il se peut que ça passe par de la destruction avant d’en arriver au nouveau, mais tout va vers le nouveau. Observez-le. Faites attention maintenant à ce qui se passe dans le monde. Nombre d'entre vous se sont en quelque sorte retirés dans leurs grottes et ne voulaient pas voir ce qui se passait dans le monde, mais à présent c’est le bon moment pour émerger et observer comment cette dynamique se met en place dans le monde. Ça a beaucoup à voir avec ce dont j'ai parlé dans ProGnost, mais ce sont simplement des forces qui soutiennent ce qui va vers le nouveau.

Le nouveau va affecter le mode de gouvernance, la finance - vous savez, toutes ces choses caractéristiques - la nourriture, la santé, tout le reste. Beaucoup de ces choses vont se déliter d'abord, mais ensuite elles vont aller vers le nouveau.

C’est quoi le nouveau? Cela signifie quelque chose qui sort des sentiers battus. Quelque chose qui est, pourrait-on dire, quantique. Quelque chose qui est si différent de la façon dont ça a été fait avant, qu'il sera difficile d'essayer même de l'imaginer. Il sera difficile de le comprendre, au moins pour l’ancien mental humain, parce que l'ancien mental humain est dans le renouvellement, plutôt que dans le nouveau.

Mais cela m’amène à un autre sujet, à savoir que la première chose que vous allez remarquer, et que vous avez peut-être déjà remarquée, c’est qu’en allant vers le nouveau ... au passage, n’est-il pas intéressant de remarquer que “nouveau” (en anglais new) ressemble au mot « connaissait », le mot anglais k-n-e-w, connaissait. Ce qui veut dire qu’en quelque sorte, vous connaissiez le nouveau (quelques rires). Vous saviez qu’on allait dans le nouveau. Vous pouvez écrire cela.

LINDA: Quoi donc?

ADAMUS: Connaissait le nouveau ( knew new).

LINDA: D'accord, est-ce le point deux ?

ADAMUS: Non, c’était juste une distraction.

LINDA: Oh.

ADAMUS: Donc, tout va vers le nouveau et ça commence, comme vous le savez, avec le mental et le corps, avec vous personnellement, et ça commence avec des choses comme celles dont nous avons déjà parlé– la Liberté Ancestrale. C’est une problématique difficile, beaucoup plus difficile que vous pourriez l’imaginer, beaucoup plus difficile que j’ai pu vous le laisser entendre, pour beaucoup d'entre vous, parce que vous avez passé des vies entières sur ce même modèle ou cycle ancestral.

En disant consciemment: «Je vais sortir de ce cycle », en disant: «Je me libère des énergies ancestrales »… eh bien vous ne faites que choisir, valider un processus qui a lieu de toute façon. Ce n’est pas vous qui avez décidé de le faire; c’est arrivé. Vous l’avez seulement approuvé au final; vous pourriez dire que vous l’avez validé, ce qui vous permet ensuite d'accepter cette chose qui était déjà en train de se produire dans votre vie.

Quand vous avez finalement dit: «Ouais, ok, la famille, je lâche prise, nombre d'entre vous ont probablement découvert que: « Oh, c’était déjà en train d’arriver de toute façon. »

Alors, vous allez le remarquer aussi dans votre corps. Vous n’allez pas seulement recycler, renouveler ce corps, et nombre d'entre vous font vraiment beaucoup d’efforts pour ça. Vous pensez mentalement: «Je vais être plus jeune. Je vais être en meilleure santé. » Non, vous allez aller dans le nouveau. Vous n’allez pas seulement fortifier ou rajeunir votre corps actuel.

LINDA: Merde ! Vraiment ?!

ADAMUS: Non, alors n’essayez pas de le faire (Linda soupire). Non, et je dis ça sérieusement. Ça a vraiment été une bonne contribution de la part de notre chère Linda d’Easa. « Merde ! Pendant tout ce temps j’ai utilisé des lotions, j'ai essayé de penser positif, de rendre mon mental positif. J'ai essayé de paraître plus jeune et j'ai essayé d'amener une énergie de jeunesse à mon corps. » Vous avez juste renouvelé quelque chose de vieux, quelque chose que vous ne voulez plus tellement en réalité ...

LINDA: Vous êtes sûr?

ADAMUS: ... plutôt que d’aller dans le nouveau (quelques rires). Plutôt que d’aller dans le nouveau.

C’est quoi le nouveau? Le nouveau en ce qui concerne la biologie ? Ça n'a pas d'importance (Linda soupire, exaspérée). Vous n’avez pas à penser comment y arriver – vous ne pourriez pas de toute façon - alors que faire ? (Quelques personnes disent « Permettre ») Permettre, accepter. Vous pouvez faire ce choix en disant: «D'accord, je vais aller dans le nouveau », sans savoir ce que c’est vraiment, sans savoir ce qui va se produire après, et puis permettre. Et puis laisser la chose se produire. Et vous aurez certainement des moments de peur intense, de terreur ou de doute. Je ne sais pas ce qui est pire, le doute ou la peur ? Lequel est le pire d’après vous ? (Certains disent « le doute ») Le doute. Je suis plutôt d'accord. Je suis d'accord. Le doute. Le doute est lancinant. Le doute est morne et ennuyeux et c’est un peu comme si vous étouffiez lentement, genre sur une période de cinq ans. Vous savez, c’est juste très pénible, alors que la peur - blaghhh! (il s’étouffe) - vous la ressentez tout de suite (quelques rires).

Vous savez, ce qui est drôle avec la peur, c’est qu’avec elle, soudain vous ressentez la vie, ou au moins le désir de vivre, de façon extrême, comme dans une expérience proche de la mort, du genre: « Oh, mon dieu ! Je suis en vie, mais je vais mourir dans un instant » (quelques rires). Le doute c’est comme: « Eh bien, je ne sais pas. Suis-je en vie ? Suis-je mort ? » Et « Pourquoi suis-je en train d’avoir ce genre de pensées ? » Et « Je ne devrais pas avoir ce genre de pensées, non ? Je ne sais pas ce que je devrais faire. » Eh, la f… ça c’est le doute. Vous savez, c’est une énergie horrible, horrible.

Donc, ça va se passer dans votre corps aussi, le fait d’aller vers le nouveau. Comment ? Peu importe. Ça aura lieu de toute façon. C'est ce qui est drôle. C’est une sorte de blague de l'illumination - ça arrivera de toute façon (quelques rires). Vous pouvez vous inquiéter à ce sujet. Ouais, vous riez. Ouais. Non, en fait, c’est un point tellement beau et je crois que c’est Kuthumi qui, le premier, l’a présenté au Crimson Circle, il y a plusieurs années, mais ça arrivera de toute façon. D'une certaine manière, on pourrait dire que c’est déjà arrivé, alors pourquoi vous inquiéter? Pourquoi s'inquiéter? Et ça semble sympa, vous savez, philosophiquement beau, mais ensuite vous sortez d’ici et c’est une autre chanson, « Ehhh! Je vais m’inquiéter! » Parce que vous êtes dans des schémas. Vous êtes en quelque sorte dans de vieux schémas.

Ça vient dans votre mental – le nouveau - et votre mental ne le comprend pas, ne l'aime pas vraiment. Votre mental cherche à se renouveler. Votre mental essaie de vous tromper et de se leurrer lui-même en pensant que vous travaillez ensemble sur quelque chose et que vous allez juste, en quelque sorte, corriger certaines choses par ci par là, vous savez, vous allez faire appel à une équipe qui va remodeler votre construction psychique et arranger les choses, parce qu'elles sont un peu en déséquilibre là. Et vous allez mettre un peu de peinture dessus, ajouter un nouveau tapis et essayer d'ignorer la mauvaise odeur qui a toujours été là. Ooh. Oui, c’est vrai, le mental a une odeur. Ce sont les vieilles pensées. Vous savez, les vieilles pensées sont un peu comme le vieux fromage dans le réfrigérateur. C’est du genre: « Ohh ! Oh ! »

LINDA: Quoi ?!

ADAMUS: (le public dit « Beurk ! » et Adamus rit) Donc, ça arrivera aussi à vos pensées. Le nouveau. Habituez-vous à cela. Ce sera effrayant au début, parce que vous allez avoir l’impression de tout perdre. Vous allez essayer de revenir à vos schémas. Vous allez essayer de revenir à nombre de vos anciennes façons de faire, aux cycles. Vous essayez juste de perfectionner un peu les cycles et de les améliorer. Oubliez ça. Le mental va dans le nouveau - une nouvelle façon de penser.

J'en ai parlé récemment, en particulier dans Keahak - en passant, inscrivez-vous maintenant pour le programme de l'année prochaine. Il va être encore plus dynamique que les précédents.

Nous avons parlé dans Keahak et ici même, du fait d'entrer dans le Sens du Maître, et c’est ça le nouveau. C’est le nouveau pour le mental. Et le mental va essayer de prétendre qu’il comprend le Sens du Maître. Le mental sera du genre : « Ouais, voilà ce qu’est le Sens du Maître et voici comment il fonctionne.» Non, vous essayez juste de renouveler le mental. Vous allez sortir de votre mental pour aller dans le Sens du Maître. Ça pourrait se produire alors que vous conduisez votre voiture. Ça pourrait se produire à n’importe quel moment, à tout moment, mais c’est en train d’arriver. Ça a lieu, absolument.

Ça nous ramène à cette question, s’agit-il de faire un choix ou s’agit-il d'accepter ce qui est déjà en cours? Vous l'acceptez. Quand vous le choisissez, c’est comme de dire: « Oh, ok. J'ai compris. Je suis déjà sur la route, dans une voiture qui roule à 140 km/h. A présent, j’accepte cela. » Vous allez déjà dans votre illumination. Ça devrait être un grand confort pour vous. Vraiment un grand confort. Mais il y a aussi ce: «Eh bien, mais est-ce que je ne dois pas faire quelque chose ?... Je veux dire, est-ce que je ne devrais pas ... » Chut! (Quelqu'un dit « Respire ») Respirez. Faites quelque chose de passionnant. Créez une superbe vidéo. Ecrivez un livre, n’importe quoi, et ne vous inquiétez pas du tour que ça va prendre. Faites juste quelque chose. Vivez la vie à fond, si vous n’avez rien d'autre comme distraction.

Donc, le mental est en train de changer totalement. Vous vous inquiétez à ce sujet. Vous vous inquiétez et vous vous dites: «Oh, mon dieu. Je suis dépressif» ou « Oh bon sang, je délire. » Ouais, ok. Eh bien, vous savez quoi ? Tout le monde délire. Oui, tout le monde. Rejoignez leur club (quelques rires). Non, j’ai beaucoup ressenti les énergies, et j’ai constaté que chaque humain est totalement perturbé.

LINDA: Ohh !

ADAMUS: Non, c’est vrai! Vous avez été obligés d’en passer par là, encore et encore et encore, sans jamais vous arrêter pour dire: «Attend une seconde. Qu’est-ce qui se passe ? Qu'est-ce que je veux faire ? » Donc, non, tous les êtres humains sont psychotiques, à un degré ou à un autre. Certains à un degré très, très élevé. Ceux qui se posent des questions sont les moins psychotiques de tous, mais on fait tout pour qu’ils se sentent très psychotiques. Ouais. Ceux qui se posent des questions sont en fait les personnes les plus sensées qui soient, mais ensuite ils se comparent aux véritables psychotiques, à ceux qui se satisfont d’être dans des schémas, et alors ils ont l’impression qu'il y a quelque chose qui cloche en eux. Non, pas du tout.

Alors, ce nouveau; tout ira dans le nouveau. Tout. Et ce n’est pas juste une belle petite déclaration. Ce n’est pas quelque chose qui va se passer, disons, dans 20 ou 30 ans. Ça a déjà commencé.

Nous avons traversé ce seuil, ce point, il y a une semaine ou deux. Il y avait une accumulation de choses et vous le sentiez, et ce n’est pas un hasard si j’avais choisi la date du 14 février 2016, il y a longtemps, pour notre «Allons-nous maintenir nos rendez-vous? (Adamus rit) Et quand allons-nous nous faire nous embrasser ? »(Plus de rires) Parce que vous pouviez ressentir que les choses étaient en train de se mettre en place dès cette époque. Le nouveau site web [du Crimson Circle], de nouvelles choses dans votre vie.

 

Le nouveau, c’est merveilleux. Ils veulent tous du nouveau - ou ils pensent qu'ils veulent du nouveau - mais ce qu'ils font en réalité, c’est simplement renouveler. Le vrai nouveau est très, très différent. Il va apparaître dans la technologie. Il va apparaître dans les affaires. Il va apparaître dans tout, depuis les soins de santé jusqu’aux relations.

 

Les familles iront dans le nouveau. Il y a eu un modèle de familles en cours depuis longtemps, depuis que les gens forniquent (quelques rires), et ce modèle a existé de tout temps comme fondation de la famille, dans le noyau de la famille. Et certains vont essayer, plus que jamais, de revenir en arrière pour renouveler ce que j'appelle l’ancien. Ils vont essayer de tirer les choses en arrière, parce que ça leur fout une trouille bleue. Et ils pensent que ça doit être quelque chose comme –« C’est le diable qui fait tout ça» ou «L'humanité est en train de perdre pied» ou « Dieu est fâché.» Ils inventent toutes ces excuses ineptes pour retourner dans le passé, et ça ne fonctionnera pas pour eux. Ça ne marchera pas.

 

Vous l'avez découvert dans votre propre vie. Lorsque vous essayez de faire machine arrière et d’agir à l'ancienne maintenant, ça ne fonctionne pas. Alors, faites quelque chose de nouveau dans votre vie. C’est effrayant jusqu’à un certain point, mais c’est tellement libérateur et si nouveau. C’est tellement différent. Faites quelque chose de nouveau.

 

Quand pour la dernière fois avez-vous fait quelque chose de nouveau dans votre vie ?

 

(Courte pause)

 

Si longtemps que ça, hein ? (Adamus rit) Un silence tombe sur l’assistance. Non, quand pour la dernière fois avez-vous vraiment fait quelque chose de nouveau ? Je veux dire, nouveau. Pas seulement prendre une autre rue pour aller travailler. Ça, c’est juste prendre une autre rue pour aller travailler. Mais quelque chose de si nouveau, que vous n’avez jamais fait auparavant; dont vous ne savez pas quel en sera le résultat. C'est en fait une assez bonne définition du nouveau - vous n’avez aucune idée de ce que sera le résultat, mais vous allez le faire (quelqu'un dit «Et j’ai rejoint Keahak »). Vous rejoignez Keahak, vous voyez ? C'était nouveau. Quelque chose de si nouveau que vous n’en connaissez pas le résultat.

 

L'humain veut jouer la sécurité, et jouer la sécurité signifie rester dans le renouvellement, plutôt que de dire: «Je veux sortir complètement de ceci. Je ne sais pas ce qui va se passer. C’est effrayant et c’est libérateur. C’est effrayant et c’est tellement plein de passion. C’est effrayant et bon sang, pourquoi n’ai-je pas fait du nouveau avant cela? Pourquoi ai-je attendu si longtemps ? »

 

Et ensuite que se passe-t-il ? Le doute. Ensuite, vous commencez à vous demander: «Eh bien, peut-être que je ne devrais pas. Peut-être que je devrais attendre. Peut-être que je ... » Non, faites simplement quelque chose de vraiment nouveau dans votre vie. Étonnez-vous vous-même, épatez- vous en faisant quelque chose de totalement nouveau. Et puis observez.

 

Le monde va vers le nouveau. Rien ne peut plus se contenter de se renouveler. Je veux dire, ça va passer par des cycles de tentatives de renouvellement et alors ça va éclater. Vous pouvez appliquer cela à tous les aspects majeurs de la vie. Tous. Et je sais que beaucoup de gens vont spéculer et qu’il y aura des conversations sur vos médias sociaux - «Que veut-il dire par là ? »Tout va aller vers le nouveau. Il se peut que ça s’effondre d’abord, mais ça va aller vers le nouveau. Tout. Tout ce à quoi vous pouvez penser va aller vers le nouveau, y compris les anciennes traditions. Les anciennes traditions. Oh, elles vont traverser une période très difficile avec ça, quelle qu’ait été cette vieille institution ou cette tradition.

 

Et vous savez - Cauldre n'aime pas l'exemple, mais je vais le sortir de toute façon; je ne suis pas en train de justifier quoi que ce soit, mais je vous donne un exemple de la façon dont les choses fonctionnent- vous avez beaucoup de beaux temples antiques sacrés à travers le monde, et des groupes, des organisations, des religions les vénèrent. Ils les entretiennent. Ceux-ci sont devenus des lieux sacrés pour eux. Non pas que cela soit bon ou mauvais, c’est juste ainsi. Et puis, vous avez des terroristes qui s’amènent et les font sauter, et le monde hurle, « Ohh ! Regardez ce que les terroristes sont en train de faire. » Eh bien, d’une certaine façon, est-ce que ce sont les terroristes ou est-ce que l'énergie avait besoin d’être déverrouillée ?

 

LINDA: Eghhhh !

 

ADAMUS: Ehhh, vous voyez. Maintenant, je ne dis pas que c’est bon ou mauvais. Je dis juste…

 

LINDA: ughhh !

 

ADAMUS: ... observez, observez comment ça se passe. Et je ne dis pas de sortir et de faire sauter les temples antiques.

 

LINDA: Oh, merci pour ce démenti (rires).

 

ADAMUS: Vous n’avez pas à le faire, parce que quelque chose - si ce n’est pas un terroriste, ce sera un tremblement de terre. Si ce n'est pas un tremblement de terre, ce sera une météorite qui descend du ciel et - boom! – ça le fera sauter. Nous en sommes arrivés à un stade sur cette planète, juste au cours des dernières semaines, où tout va maintenant vers le nouveau.

 

Imaginez- le de cette façon. Tout tourne. Tout est en rotation et parfois les modèles de rotation sont un peu plus larges et un peu plus lents, parfois ils sont un peu plus rapides et un peu plus serrés, mais ça continue juste de tourner et tourner encore et encore. Parfois, on perfectionne les cycles de vie. Vous leur ajoutez un peu de peinture. Vous les époussetez. Vous les lubrifiez, vous les nettoyez, mais les cycles continuent encore et encore. Ça, c’est recycler. C’est renouveler, et ça ne va tout simplement pas fonctionner.

 

Alors à présent, vous avez ces cycles de vie et ils s’appliquent à toutes les facettes de la vie, à chaque institution dans la vie, à chaque chose dans la vie à laquelle vous pourriez éventuellement penser. Donc, ils sont dans leurs modèles, dans leur cycle, et puis ils vont dans le nouveau. En d'autres termes, ils sortent du cycle, du modèle, du rythme. Ils vont dans le nouveau. Tout va y aller.

 

Certaines choses vont essayer désespérément de rester dans le schéma répétitif, à l’intérieur de leurs cycles, et elles vont se justifier en disant: «C’est ainsi que c’est censé être et c’est la façon dont Dieu veut que ce soit, et c’est ainsi que nous l'avons fait pendant des éons et donc, par conséquent, nous allons rester dans cela », et alors c’est comme prendre cette bande de caoutchouc sur votre poignet et la tirer, la tirer et la tirer jusqu'à ce qu'elle se casse et cède. Et ensuite arrive le nouveau. Ensuite, on va dans le niveau suivant de réalité. Tout cela est causé par le changement de conscience.

 

Si vous pensiez février était intense, attendez mars.

 

LINDA: Super.

 

ADAMUS: Ou avril. Nous sommes en mars. Ou avril ou mai. Mais si vous avez la sagesse de comprendre ce qui se passe, comprenez que tout sur cette planète - je ne suis pas en train de l'appliquer à tout l'univers - mais tout sur cette planète est en train d’entrer dans le nouveau.

 

Regardez les personnes que vous connaissez, comment elles essaient de rester dans le modèle. Regardez les gens que vous connaissez, comment leurs vies sont affectées par quelque chose, parce que dans le nouveau ce qui se passe, c’est que - si j’avais ma planche à dessin, je dessinerais cela. Mais dans le nouveau, le ...

 

LINDA: Vous voulez ? Allez, vous pouvez le faire.

 

ADAMUS: Non, le point numéro deux, la physique du changement.

 

 

2. La Physique du changement

 

LINDA: La physique du changement ?


ADAMUS: Oui, la physique du changement.


LINDA: C’est seulement le point numéro deux ?!


ADAMUS: Oui, nous en avons dix.


LINDA: Ohh ! La physique du changement.

 

ADAMUS: Point numéro deux, la physique du changement. Êtes-vous pressée ?

 

LINDA: Non.


ADAMUS: Vous vous amusez ?


LINDA: Uh huh.

 

ADAMUS: Uh huh. Ok. Bon, bon (quelques rires). La physique du changement. Et ensuite allez-vous m’inviter à dessiner sur cette chose ? (Il fait une grimace)


LINDA: Bien sûr.


ADAMUS: Oh, c’est nouveau. Ça me va très bien.


LINDA: Ahhh! (Le public dit «Ahhh» aussi, et quelques applaudissements)


ADAMUS: Je ne sais pas comment cela fonctionne, je ne connais pas le résultat, mais c’est nouveau et je suis prêt à m’y aventurer, parce que je suis un nouveau genre de gars (rires).


LINDA: D'accord, je vais vous donner votre nouvelle page personnelle afin que vous ne bousilliez pas tout. Voilà. Regardez ça. Regardez ça. Nous pouvons le faire.


ADAMUS: Bon sang!


LINDA: Je vous ai à l’œil.


ADAMUS: Bon sang!


LINDA: Je vous ai à l’œil.

 

ADAMUS: D'accord. Je dois être plus ...


LINDA: Vous maîtrisez ?

 

ADAMUS: Je suis désolé, mais je dois avoir plus de lumière (il déplace le piédestal).


LINDA: Vous maîtrisez, pas de problème


ADAMUS: Alors ... (il dessine une ligne) Bon sang! (Quelques rires) L’œuvre du diable! (quelques rires)
(Remarque: pour voir les illustrations d'Adamus, s'il vous plaît consultez le PDF ou la vidéo de ce message.)


LINDA: Voulez-vous qu’on l’enlève ?


ADAMUS: Non ! Je veux cela.


LINDA: Oh, vraiment ?


ADAMUS: Ouais, ouais. Donc, ceci est la lumière venant des autres royaumes vers cette planète. Ceci est un flot de lumière. Je parle ici de la physique du changement, donc vous comprenez le genre de chose qui se passe. Et tout au long du chemin, la lumière attire l'énergie qui vient en points positifs ... disons simplement des plus et des moins, et ils s’alignent le long des rayons de cette lumière (Adamus dessine des – et des + autour de la ligne). Et ceci est simplement une représentation, pas un dessin littéral ici, mais ils s’alignent.

 

Donc, cette lumière entre dans la réalité. L'énergie y est amenée. L'énergie se collecte le long des lignes de lumière, et elle se rassemble en fonction de la conscience et du niveau d'acceptation, lequel est mis en œuvre par choix – ce qui, en réalité, consiste simplement à dire: «D'accord, quoi qu’il arrive » - ce qui est mis en œuvre par choix, et ensuite toutes ces énergies s’alignent et la réalité est créée sur plusieurs différents niveaux. Donc, cela dure depuis une éternité, l’alignement des énergies.

 

Parfois, ces plus et ces moins circulant dans le flot de lumière vont en quelque sorte se réajuster. Ils réalisent qu'ils sont trop concentrés, trop encombrés, trop agglutinés. Donc, parfois, en quelque sorte ils se remodèlent, ils essayent de se mettre en équilibre. Mais tôt ou tard toute énergie, comme Tobias l’a dit il y a longtemps, toute énergie cherche la résolution. L'énergie ne veut pas être coincée dans des modèles. Donc, tôt ou tard - comment pouvons-nous sortir tout ça de là?


LINDA: Ok. Ok, appuyez ici.


ADAMUS: (chuchotant) Une nouvelle page.


LINDA: (elle chuchote aussi) Une nouvelle page, juste là.

 

ADAMUS: Alors, bon ! Vous voyez comment ça a disparu ? Tôt ou tard, tout cela explose et disparaît (quelques rires). Et ce que nous avons, c’est encore ce flot de lumière qui entre- la lumière est essentiellement un rayon de conscience, de sorte que ça ne va pas changer- nous avons maintenant ce flot de lumière qui entre, et que faisons-nous ? Qu'est-ce qu'on fait ? Est-ce que nous revenons aux plus et aux moins ? Non, nous revenons à l'énergie qui est en fait les deux à la fois. Vous avez des plus et des moins dans une sphère de conscience. Ce sont des plus et des moins désormais sans dualité ni polarité, mais ils sont ensemble (il dessine les – et les + ensemble à l'intérieur de petits cercles). Ils ont été réunis. C'est nouveau. Il ne suffit pas de repeindre et de nettoyer. Il ne suffit pas d’apporter un coup de neuf aux mêmes vieux schémas d’énergie positive et négative. Il n'y a plus de dualité. Ces petites crottes de nez ici ne sont pas ...


LINDA: Des crottes de nez?

 

ADAMUS: ... plus de dualité.


Donc, nouveau, ça veut dire totalement différent et c’est vraiment effrayant pour votre corps et votre mental. Il ne comprend pas. Il est habitué à des siècles, des éons, des millions d'années de plus et de moins. Il est habitué à une certaine façon d’être des forces du magnétisme, de la gravité et de l’électricité travaillant avec les énergies pour créer la réalité, et maintenant tout est pulvérisé. Et maintenant, tout à coup, c’est essentiellement une énergie d’unité, une énergie singulière, le masculin et le féminin réunis ensemble, plus et moins étant maintenant la même chose, et vous ne pouvez plus faire la différence entre eux. C’est nouveau. C'est nouveau.

 

Tout à coup, vous êtes dans un endroit comme celui-ci, mais vous réalisez aussi que les murs, le sol, le plafond, tout, ne sont plus statiques ni stables. Tout est fluide. Tout est en train de changer, et ça provoque une énorme sensation de malaise.

 

Lorsque cela vous arrive, il y a une immense sensation de doute et d'inconfort et un désir de revenir à l'ancienne façon de faire, parce que vous connaissiez l'ancienne façon. Il y a une énorme sensation qui vous envahit du style: «Je fais quelque chose de mal là, et je dois arrêter ça tout de suite. Je perds la boule. » Mais, mes chers amis, pas du tout. Vous ne perdez pas la boule.

 

Tout ce qui vous concerne va devenir nouveau. Il se peut que vous passiez par des cycles de renouvellement d'abord. C’est presque comme une vérification - « Suis-je vraiment prêt pour cela ? Est-ce que je crois vraiment cela ? Est-ce que j’accepte réellement quelque chose qui va arriver de toute façon ? Alors vous allez essayer d’abord de renouveler ou de recycler, mais ensuite le nouveau arrive.

 

Quand vous savez ce qui se passe, quand vous en avez la sagesse, c’est loin d'être aussi effrayant. Pourriez-vous imaginer tout ceci arrivant ... pourriez-vous imaginer ce que les Maîtres ascensionnés, qui sont venus avant vous, ont traversé ? Ils étaient là tous seuls, pour la plupart. Ils n’avaient pas de rassemblements comme celui-ci. Ils ne comprenaient pas vraiment les choses comme la canalisation ou les communications multidimensionnelles. Ils faisaient leur chemin (traversaient) par leurs propres moyens. C'était effrayant. Une sacrée expérience, mais terriblement effrayante, alors ça les déchirait jusqu’au plus profond. Ici au moins, nous avons la beauté et l'avantage de faire ceci ensemble.


Prenons une bonne respiration profonde avec cela.

 

Tout est en route vers le nouveau sur cette planète. Il se peut que ça prenne un certain temps et il y aura certainement des épreuves. Les épreuves proviennent de la résistance, du fait de ne pas permettre ce qui arrive naturellement de toute façon. Toute énergie cherche la résolution, cherche à revenir au pur état de servir la conscience.

 

Ressentez ceci pendant un instant. Toute l'énergie, tout dans votre vie est tout simplement là pour servir votre conscience. Tout au long du chemin elle a été déformée et altérée, retenue, écrasée, elle a été mentalisée, ce qui signifie que vous avez essayé de penser votre façon d’agir dans tout. Mais cette énergie, qui est maintenant en train de fusionner, en train de sortir de la dualité, d’entrer dans le nouveau, cette énergie est simplement là pour être à votre service.

 

Le plus drôle, c’est que vous passez une énorme quantité de temps à penser votre cheminement ... est-ce que - nous avons besoin du micro ici – est-ce que cela a été une réussite, le fait d’essayer de penser votre cheminement dans tout cela ? Juste par curiosité.

 

LINDA: Ok.

 

ADAMUS: Comment ça a été pour vous, le fait de penser votre façon de vivre les choses ?

 

LINDA: Voyons voir. Hmm.

 

ADAMUS: La réponse est si évidente, ça fait mal.

 

LULU: Ouais, je pouvais le ressentir ici (elle rit).

 

ADAMUS: Pardon ?

 

LULU: D'accord. Quelle était la question ? (Ils rient)

 

ADAMUS: La question est, êtes-vous éveillée ou endormie ? Non non. Ce n’était pas la question.

 

LULU: Oh.

 

ADAMUS: La question est : toute cette pensée dans votre vie - vous n'êtes pas une penseuse obsessionnelle, mais vous êtes une penseuse sérieuse. Qu’est-ce que cela vous a apporté ?

 

LULU: Eh bien, je suis prête à abandonner.

 

ADAMUS: Ok. Bien.

 

LULU: Elle a tout fait, tout essayé, et c’est simplement que j’en ai fini avec elle.

 

ADAMUS: Oui. Ouais, c’est juste, c’est ... le fait de penser votre chemin pour aller dans l'illumination ou même dans la vie, c’est bancal. Ça ne fonctionne pas.

 

LULU: Non.

 

ADAMUS: Je suis sûr que la plupart d'entre vous savent que la plus grande sensation de quel que soit son nom - le succès ou l’accomplissement – c’est quand vous vous y attendez le moins, les moments bizarres, les choses drôles qui se produisent. Lorsque vous pensez votre chemin, ce n’est tout simplement pas un grand succès.

 

LULU: Eh bien, ce que j’ai réalisé, c’est que depuis que je suis petite, tout s’est passé en douceur, et je l’ai permis.

 

ADAMUS: Bien.

 

LULU: A partir du moment où j’étais consciente de ce que je faisais, alors je commençais à y penser et je me cognais tout le temps dans les choses.

 

ADAMUS: Exactement. Exactement. Et ça ne fonctionne tout simplement pas, sauf si vous allez ...

 

LULU: Non

 

ADAMUS: ... rester dans des modèles ou des cycles toute votre vie. Alors c’est ok. Mais vous ce n’est pas votre cas. Vous ne le pouvez pas.

 

LULU: Non.

 

ADAMUS: Oui. L'évolution, le changement, le nouveau sont venus dans votre vie il y a longtemps, que vous l’ayez su ou non, et maintenant c’est tout simplement : allez-vous l'accepter ? Ouais.

 

LULU: Je l’accepte, mais en même temps je sens que d’une certaine façon, je suis un peu en train de faire pression. Comme si j’étais dans une petite boîte, sachant que je dois la casser ...

 

ADAMUS: Oui, oui.

 

LULU: ... mais je continue à être à l'intérieur. Donc, ça me fait faire kkchh (pousser).

 

ADAMUS: Ce n’est pas un problème, parce que ce qui se passe ... ce n’est vraiment pas un problème, parce que quelque chose va venir faire sauter cette petite boîte. Elle ne peut tout simplement pas rester là. Je veux dire, c’est effrayant quand vous y pensez. Du style, « Oh, mon dieu. Ma petite boîte, ma protection, mon ... » C’est la chose dans laquelle vous ne voulez pas être. Donc, quelque chose -si vous résistez, si vous essayez désespérément de seulement la rénover - quelque chose va venir et la faire sauter.

 

LULU: Oui, j’attends juste de botter quelques fesses (elle rit).

 

ADAMUS: Oui. Ouais. Et est-ce qu’ici pourrait être un bon endroit pour commencer à botter des fesses ? Les vôtres.

 

LULU: Les miennes. Mmmm.

 

ADAMUS: Ouais, ouais.

 

LULU: Je me suis déjà bottée les miennes si souvent (elle rit).

 

ADAMUS: Ouais, ouais. Ouais, mais juste un coup de pied pour aller de l'avant, pas pour aller vers le bas. Ok.

 

LULU: Ok. Merci.

 

ADAMUS: Juste un ou deux de plus. Je digresse un instant, mais je me pose parfois des questions, la quantité d'énergie dépensée à penser votre chemin pour aller dans quelque chose qui se passe de toute façon. C’est comme partir en voiture - j'aime les analogies de voiture; Je n’ai jamais conduit de voiture, j’aimerais le faire (quelques rires) - mais vous êtes au volant de la voiture et c’est l'une de ces voitures intelligentes, une de ces voitures autonomes. Vous roulez à 60 miles à l'heure et il y a l’autoguidage et tout, mais alors vous pensez que vous devez ouvrir la porte et sortir la pousser pour la faire rouler à 60 miles à l'heure. Mais le fait de penser votre chemin ressemble à ça. Ça a lieu. La voiture roule. Pourquoi pensez-vous que vous devez sortir et pousser? C’est un peu dangereux, en fait, à 60 miles à l'heure.

 

Un ou deux de plus ici. Ahh, en voilà un bon à qui s’en prendre, je veux connaître son opinion (quelques rires). Où en est la réflexion, Timothy ?

 

TIMOTHY: Ça fonctionne très mal.

 

ADAMUS: Oui, merci. Et maintenant qu'est-ce que vous allez faire?

 

(Il fait une pause)

 

N’y pensez pas, Timothy (rires). Vous savez quoi ? Au moins - vous ne pouvez presque pas vous en empêcher –au moins prenez simplement plaisir à ça. Arrêtez de vous rendre les choses si difficiles à force de penser, et de réfléchir à tout.

 

Vous savez ce qui va changer, Timothy et tout le monde? Les mathématiques. Les mathématiques étaient un moyen de mesurer ou de déterminer la réalité, fondamentalement ceci (son dessin), le mouvement de l'énergie et de la lumière. Et il existe des formules mathématiques, et elles sont merveilleuses, parce que vous réduisez les choses à des formules mathématiques dans l'ancien. Mais les mathématiques vont prendre la porte. Ça va tout simplement exploser, et c’est du genre, « Oh, mon dieu. Qu'allons-nous faire ? Sans mathématiques, le monde va s’effondrer. » Eh, le monde s’effondre de toute façon.

 

Pouvez-vous imaginer un instant – ressentez, parce que vous ne pouvez pas penser à ceci- imaginez, ressentez juste un instant quelque chose qui est au-delà des mathématiques, au-delà de un, deux, trois, quatre, cinq, ainsi de suite et ainsi de suite, qui est au-delà de pi, qui est au-delà de l'algèbre et de la trigonométrie (légère pause). Wow ! Le mental ne peut pas comprendre cela, mais c’est nouveau et ça a lieu. Ça va arriver. Quelque chose de si nouveau que ça remplace les mathématiques. Phénoménal ! Maintenant, les mathématiciens vous diront que ça ne peut pas arriver, mais ils n’ont pas encore compris l'infini.

 

TIMOTHY: C’est vrai.

 

ADAMUS: C’est vrai. Ok, merci. Merci. Ok.

 

Nous en avons encore un ici, avec la main levée. Ah, un vrai volontaire. Pas un volontaire façon Linda. Oui, alors qu’est-ce que le fait de penser vous a apporté ?

 

HENRIETTE: Cela me donne ...

 

ADAMUS: Vous voulez bien vous lever ?

 

HENRIETTE: Eh bien, ça me donne des migraines.

 

ADAMUS: Ouais, duh! Ouais.

 

HENRIETTE: Et en réalité j’ai une question qui me brûle les lèvres ...

 

ADAMUS: Ok.

 

HENRIETTE: ... aujourd'hui et c’est, est-ce que c’est ce nouveau tout – est-ce un nouveau corps physique, est-ce un stade où le corps a l’impression qu’il se détériore, ou quand vous sentez des choses qui sont tout simplement complètement étrangères à votre existence passée, est-ce la partie de ce – ce que je ressens fait partie de ce processus d'aller dans le nouveau ? Ou est-ce un reflet de, ok, le mois de février a été très intense, j'ai eu une belle opportunité là où je travaille en ce moment, je me sens très heureuse du résultat, mais après une semaine intense, mon corps n’en peut plus tout simplement.

 

ADAMUS: Oui, bien sûr.

 

HENRIETTE: Et est-ce ma propre résistance humaine à cause de mon vieux modèle ou bien cela fait-il partie du nouveau? Je veux vraiment comprendre cela, parce que ...

 

ADAMUS: Oh, je vais répondre en ...

 

HENRIETTE: ... je ressens des choses dingues maintenant.

 

ADAMUS: Bien sûr. Je vais répondre en grande partie à cela dans le point numéro trois, que nous allons faire dans un instant. Mais en attendant, c’est ce que vous ressentez. Il y a eu un changement quantique, pourrait-on dire, au cours des dernières semaines, le niveau, en gros, où la conscience est venue déclencher cette chose où tout va aller vers le nouveau. Et cela ne se produisait pas avant. Auparavant, on pouvait dire - «Tout va se renouveler à des vitesses différentes et à des niveaux différents d'intensité. Tout va se renouveler, » mais maintenant tout devient nouveau. Tout. Vous pouvez me donner n’importe quel sujet, n’importe quelle question, n’importe quel thème et ça va aller dans le nouveau. Tout. La nature. La nature. C’est ce qui prendra le plus de temps. Elle fait partie des modèles les plus anciens sur cette planète, et ça lui prendra plus longtemps pour aller dans le nouveau. Mais ce que nous appelons les cycles des saisons, les cycles de vie et de mort de la nature elle-même, qui se fiche de mourir - vous savez, elle n'est pas affectée comme les humains le sont - même cela va changer, les modèles tout entiers.

 

Et vous commencez à entrer dans ce ressenti et on revient aux mathématiques et à la science. Surement la science. Tout va devenir nouveau. Et ça va être une énorme pression sur les gens, parce qu'ils pensent qu'ils veulent du nouveau, mais nous ne parlons pas ici d'une publicité commerciale. Nous ne parlons pas seulement d’un déodorant nouveau et amélioré. Nous disons que tout va aller vers le nouveau, et la chose intéressante est que vous avez été en tête. Vous avez pris les devants et vous l’avez ressenti dans votre corps.

 

Le point numéro trois, le point numéro trois sur la tablette – faites disparaître ceci (Linda supprime le dessin). C’est tellement mieux que de gaspiller du papier.

 

 

3. Ce qui se met le plus en travers de votre chemin, c’est vous

 

Le point numéro trois, ce qui se met le plus en travers de votre chemin, plus que tout autre chose, la chose qui se met le plus en travers de votre chemin, c’est vous.

 

LINDA: Ooh.

 

ADAMUS: Je veux dire, vous saviez cela, mais je voulais spécifier ceci dans mon point numéro trois. La chose qui se met en travers du chemin plus que toute autre chose, c’est vous. C’est pourquoi j’ai commencé avec la question, la simple question: « L’illumination, l’acceptez-vous ou la choisissez-vous ? » Elle a lieu. Elle a eu lieu. Elle va dans le nouveau. C'est naturel. C’est l'évolution et même au-delà de l'évolution. C’est la révolution.

 

Et l'âme, l'âme est toujours dans le nouveau. Elle ne se renouvelle jamais; elle est toujours dans le nouveau. Donc, vous allez y être aussi, mais vous vous mettez en travers de votre propre chemin.

 

Vous pensez que vous avez à faire des efforts pour amener l’illumination dans votre vie. Vous entendez les mots et vous dites, « Ok, je vais arrêter de mettre autant de pression, » mais vous cachez partout des choses dans vos poches. Vous cachez des choses, « Ok, je vais faire du nouveau. Je vais lâcher prise sur des trucs. Je vais accepter, » mais vous avez toujours votre plan de secours. «D'accord, c’était un tas de conneries. Au moins, j'ai ceci » (Linda s’indigne quand il fait semblant de mettre quelque chose dans sa poche) et c’est un nouveau mot (Adamus rit). « Au moins, j'ai mon plan de secours», et je vais vous demander quelque chose là tout de suite, une question difficile. Êtes-vous prêts à abandonner le plan de secours, le plan centré sur l'humain, centré sur le mental ?

 

LINDA: Mmm (quelqu'un dit «Oui»).

 

ADAMUS: Vous dites oui, et je sais que vous êtes sincères. Je sais que vous êtes sincères, mais êtes-vous prêts à renoncer à ce plan de secours ? Et parfois on est un peu dans le vague, un peu dans le brouillard, vous n'êtes pas vraiment sûrs, mais vous savez, il se pourrait que le plan de secours soit juste, «Je vais aller aux Shouds. Je vais écouter en ligne, mais je vais laisser les autres y aller d'abord pour m’assurer qu'ils ne disparaissent tout simplement pas dans le néant. Voilà mon plan de secours. Je serai le numéro quatre ou cinq. Eh bien, en fait six ou sept. »

 

Êtes-vous prêts à renoncer à ce plan de secours ? Parce que la plus grande chose qui se met en travers de votre chemin, c’est vous. Vous pensez que vous choisissez l'illumination ? Non. Le choix de l'illumination, du point de vue du mental humain, c’était juste l’ultime accord, «Ok, ça a lieu. Ok, nous allons le faire. » Et ça a amené des choses en parallèle en quelque sorte, ça l’a amené à un équilibre plus sain, mais êtes-vous vraiment prêts à renoncer à ce plan de secours, à ce scénario « et si jamais »?

 

Et je dois vous dire, tout le monde les a. Tout le monde les a. C’est une caractéristique humaine – « Je dois avoir mes plans de secours. Que faire si cela ne fonctionne pas ? Que dois-je faire ensuite ? » Le mental se projette dans ce qu'il appelle le futur, mais ça ne l'est pas. C’est le même bazar, simplement un autre jour. Et il se projette là et dit: «Et si ? » Alors il crée un plan de secours. C’est comme mettre du ciment sur les freins d'une roue de voiture. C’est comme coller ensemble des pièces qui doivent être en mouvement. Ce plan de secours ralentit tout et le plan de secours a été créé par le doute. Le doute. «Je ne suis pas sûr que cela soit vrai. »

 

Je vais vous dire une chose au sujet de la réalité. J'espère que vous allez vraiment vous laisser la ressentir.

 

Peu importe si tout cela n'a jamais été fait auparavant. Peu importe qu’il y ait effectivement des conseils angéliques et un Conseil Cramoisi. Peu importe qu'il y ait un Saint-Germain. Peu importe qu'il y ait un Dieu. Peu importe que vous voyez les choses de haut en bas en quelque sorte, et vous comme étant en bas de tout ce cycle de ruissellement de la création. Peu importe qu'il y ait une Nouvelle Terre. Peu importe même qu'il y ait cette chose appelée l’Esprit. Ça n’a pas la moindre importance, parce qu’au moment où vous en permettez la conscience, il en est ainsi.

 

Quelque chose qu’on appelle l’illumination pourrait n’avoir jamais existé, un Maître illuminé foulant la surface de la Terre pourrait n’avoir jamais existé. Cela aurait pu n’être qu’une biologie totalement ennuyeuse, une évolution depuis une algue jusqu’à ceci, pendant des millions et des millions d'années, sans que ce soit créé par des énergies ou Dieu ou quoi que ce soit. Vous savez, ce qui est drôle, ça n'a pas d'importance, parce qu’au moment où votre conscience est là, alors il en est ainsi. Alors, vous avez créé le Dieu. Ensuite, vous avez créé le nouveau. Vous avez créé quelque chose en dehors de l'ancien cycle. Vous avez créé St. Germain et Adamus. Peu importe que ça n’ait jamais été là auparavant.

 

Vous pourriez être en train de créer ça du bas vers le haut et ça peut être créé du haut vers le bas. Ça n'a pas vraiment d'importance. Ce qui importe, c’est que votre conscience soit là. Alors, cela advient. Ensuite, les univers et les dimensions sont créés.

 

Peu importe que le temps ait été une constante et l'énergie juste de l'énergie, parce qu’au moment où vous rêvez quelque chose au-delà, alors cela se produit. C’est ce que j'aime concernant la création. Ça fonctionne dans les deux sens. De haut en bas et de bas en haut. C’est la partie extraordinaire.

 

Alors si vous vous inquiétez au sujet de votre plan de secours, si vous vous inquiétez à propos de ce qui va se passer, ça n'a pas d'importance, parce que fondamentalement vous le créez, vous le permettez. Ça ne vient pas du mental humain; ça vient du fait de permettre, et alors il en est ainsi. Alors, il en est ainsi.

 

Et avant que vous vous paniquiez tous et que vous disiez: «Oh, mon dieu. Il n'y a vraiment pas quelque chose de plus haut que moi ? » Oui et non. Les deux à la fois. Voilà le vrai « et » de ceci. C'est en quelque sorte la partie manquante que les religions et la philosophie ne veulent pas reconnaître. Ils ne veulent pas la reconnaître, parce que d'une certaine manière, ça signifierait reconnaître le véritable créateur - vous.

 

Il doit y avoir l’autre créateur, le grand créateur, le meilleur créateur et ainsi ils ne reconnaîtront pas qu’en fait ils ne font plus qu’un. Incroyable.

La chose qui entrave le plus votre chemin c'est vous. Par « vous », je veux dire la pensée. La planification, les ruses, les plans de secours, les « et si seulement », le « je dois travailler pour atteindre l'illumination. Je dois gagner ma place dans l'illumination. Je dois souffrir sur le chemin de mon illumination ». Sortez-vous de votre chemin. Je crois que Tobias l'a dit il y a de nombreuses années ? Fichez juste le camp de votre chemin.

Avancez et profitez de la vie. Faites quelque chose que vous avez toujours voulu faire. Foncez dans le nouveau, mais cessez d'essayer de planifier et de ruser avec tout cela. Cela va arriver de toute façon.

Toute cette chose de l'illumination se joue depuis longtemps. Lorsque vous pensiez l'avoir choisie, quand vous pensiez que c’est vous qui l'aviez faite arriver, ce n’était pas vous. Vous avez juste reconnu qu’elle était là.

C'est facile à dire, c'est difficile à faire – dégager de votre propre chemin - parce que la dynamique de la vie là-bas fait que vous voulez jouer la sécurité, jouer prudemment. Mais arrêtez-vous un instant et considérez ce que j'ai dit. Tout devient nouveau maintenant.

Tout devient nouveau sur cette planète - la biologie, la science, les mathématiques, la politique, la banque, la technologie, tout. Les maladies, elles deviennent nouvelles. Peut-être de nouvelles maladies, en tout cas elles vont dans le nouveau. Tout va dans le nouveau. C'est un de ces phénomènes, nous en parlons en quelque sorte calmement ici, le petit groupe de ceux qui sont en ligne, ceux qui sont ici. Vous allez regarder en arrière dans cinq, dix ans et vous direz « Oh, mon dieu. Tout est devenu nouveau ». Les gens dans le monde entier vont devenir cinglés et dire « Qu'est-ce qui se passe ?» avec toutes sortes de dilemmes en lien avec ça et vous allez continuer à dire « C'est juste nouveau ». Alors, bon.

Et le point numéro quatre.

LINDA: Nouvelle diapositive ? Même diapositive ?

ADAMUS: Oh, ne gaspillons aucun espace numérique ici. Nous allons le conserver autant que possible (quelques rires). Oui. Point numéro quatre, même diapositive. Nahhh! Utilisons une nouvelle diapositive! Utilisons une nouvelle diapositive. D'accord, bien.

Et le point numéro quatre, qui rassemble tout. Je pense que je sens une certaine musique merabh arriver maintenant (Adamus rit et on entend quelqu'un dire « bien »). « Oh, bien », dit-il, « Ferme-là, là-bas. Je vais un peu dormir. »

(La musique commence)

Baissons aussi les lumières, ainsi les gens qui regardent en ligne ne vous verront pas dormir.

LINDA: En êtes vous toujours au quatrième point ?

ADAMUS: Oui, le quatrième point. Nous y arrivons.

LINDA: D'accord.

ADAMUS: Prenons une bonne respiration profonde tandis que la musique scintillante arrive.

Ahh! Avant toute chose, au début du shoud, je vous ai demandé de prendre une photo. Ressentez à nouveau. Ressentez à nouveau. N’essayez pas de le mesurer ou le quantifier, mais ressentez vraiment. Un vrai ressenti que vous n’avez pas à quantifier ou à mesurer. Vous n'êtes pas obligés de mettre un mot dessus. Rappelez-vous, autrefois, quand j'ai parlé de ‘sans définition’, non définition ? Ce fut le début de la vie du Maître. Quelque chose a changé ici et avec vous.

Gardez ce ressenti un moment. C'était quoi ?

Eh bien, cela n'a pas vraiment d'importance. Vous comprendrez plus tard.

En cet instant, ne vous forcez pas à essayer de comprendre. Ressentez simplement. Ressentez.

Au cours de notre conversation et pendant mes distractions, les choses ont changé autour de vous.

(Pause)


 


 

4. Ne soyez pas si pressés

Maintenant, pour le point numéro quatre - ahem - pour le point numéro quatre, c'est simple, facile.

Avec tout ce dont nous avons parlé aujourd'hui, tout ce qui concerne les changements, tout ce qui concerne les choses qui vont vers le nouveau, tout sur le sujet : « Est-ce que l'illumination est quelque chose que vous choisissez ou est-ce quelque chose que vous acceptez ? » Avec tout cela, point numéro quatre, ne vous pressez pas. Ne soyez pas si pressés.

Beaucoup d'entre vous essaient de se dépêcher sur le chemin de l'illumination, en pensant beaucoup, en forçant beaucoup. Pourquoi ? Pourquoi ? Ça a lieu de toute façon.

Alors que nous sommes ici en ce moment, pendant que je vous distrayais, ça a lieu. Ce n’est pas basé sur le temps. Ce n'est pas basé sur la valeur. Ce n'est même pas une quantité. C'est incommensurable. Et n'essayez pas d'être en compétition avec d'autres personnes pour y arriver. Ce n’est pas quelque chose qu’on peut faire avec un autre être humain - « Suis-je plus illuminé que toi ? » C'est juste que ça n'a pas d'importance. Ce n'est même pas un problème.

Nul besoin de se dépêcher pour cela. Il y a un facteur qui entre en jeu, mais je ... il y a un facteur. C'est entre maintenant et la mort. Vous dites: « Eh bien, je veux l’avoir avant de mourir ». Mais allons vers le nouveau pour cela. Allons vers le totalement nouveau.

Et si ce vieux, vieux, vieux cycle de la mort, le chemin de la mort, et si cela devenait nouveau ? Si la mort n'était plus ce qu'elle était dans d'autres vies ? Vous voyez, vous utilisez une ancienne façon d’évaluer la mort pour envisager votre illumination. « Il me reste 20, 30, 40 ans », c’est ce que vous vous dites. « Je vais l'avoir avant et ensuite il faut que j’ai au moins quelques années pour profiter de l'illumination ». Mais si la façon même d’évaluer la mort devenait nouvelle ?

Vous dites: « Eh bien, qu'est-ce que cela veut dire, je continue simplement à vivre ? Je veux dire ... » Et si c’était tellement en dehors de la boîte, si différent de l'ancien cycle de vie et de mort que cela n'a absolument plus aucune importance ?

Et si la mort n'était pas telle que vous en avez le souvenir? Si ce n'était pas ce moment ultime dans le corps humain et tout à coup - eghhh! - vous chavirez. Et si cela allait aussi dans le nouveau ?

Alors il n'y a vraiment pas besoin de se presser pour l'illumination, car la mort était la seule mesure réelle, le baromètre, la raison de se presser dans l'illumination. Bon, ceci et le fait de sortir de la condition actuelle de la vie, mais la mort était le plus grand facteur, le plus gros problème. Waou.

Et puis vous vous collez des trucs sur vous-mêmes. Vous vous dites: « Bon sang, si je ne l’ai pas dans cette vie, si je n'ai pas l'illumination avant de mourir, alors je vais devoir revenir et tout recommencer, en espérant me rappeler quelque chose de ceci, en espérant que ce ne sera pas si difficile dans la prochaine vie ». Et alors c’est du style, « Quoi ! ? Une autre vie ?» Vous voyez, il y a cette pression constante -  «  Je dois me dépêcher. Je dois me dépêcher. » Mais pourquoi ?

Le fait même de vous hâter se met en travers de votre chemin. Le fait de se hâter fait devenir mental, pousse à établir un échéancier et puis à vous évaluer. Êtes-vous à 60 pour cent ? Êtes-vous à 90 pour cent ? Et soudain, vous êtes de retour dans le cycle du temps, de retour dans le cycle de vie / mort, de nouveau en train d’essayer de comprendre, de nouveau en train de penser que vous choisissez l'illumination, plutôt que de simplement la permettre.

Ne soyez pas si pressés, parce que vous - vous, l'humain - ne la faites pas de toute façon. Ce n’est pas votre responsabilité. Cela ne l'a jamais été.

En ce moment, le Je Suis que vous êtes vous demande juste de vivre, d’être dans la passion, de jouir de toute cette expérience de l'illumination, du nouveau.

Il y a là quelque chose de drôle, une dynamique très intéressante. Vous essayez de vous précipiter dans l'illumination, vous essayez de la forcer, vous essayez de sortir des anciens cycles aussi rapidement que possible, mais le Je Suis ne va effectivement pas vous laisser faire ça. Il ne va certainement pas vous laisser aller à toute vitesse dans l'illumination ni foncer dans le processus menant à l'illumination. Il ne va pas vous laisser sauter la plus belle expérience que vous ayez jamais eue tout en étant dans la forme humaine.

Le Je Suis va dire, « Ralentis. Il n'y a pas de course. Ralentis. Voilà ce que Je veux expérimenter, ce que nous voulons vivre ensemble ».

L'âme, le Je Suis va vous dire: « Je veux faire l'expérience à travers toi. Je veux faire l'expérience de venir dans le nouveau, venir dans l'illumination et la réalisation. Donc ralentis afin que nous puissions vivre cela ensemble ».

Le Je Suis, l'âme va dire: « Voilà ce que je voulais ressentir, ce que je voulais sentir, ce que je voulais être. Alors, humain, cesse de nous priver tous les deux de ceci. Ralentis. Nous ne sommes plus dans le temps. Nous ne sommes plus dans le linéaire. S'il te plaît, faisons l’expérience de la réalisation. Expérimentons la transition entre une dynamique d’énergie et de nombreuses dynamiques d’énergie».

L'âme dit: « C’est pourquoi nous sommes ici en ce moment. Ce n’est pas comme aller à l'université pour voir si nous pouvons obtenir un diplôme en trois ans au lieu de quatre ou cinq », pour certains d'entre vous sept ou huit. « Nous n'essayons pas de franchir un parcours d'obstacles ici. »

Le Je Suis dit: « Faisons simplement l’expérience de ceci ».

L'humain dit: « Eh bien, tu ne sais pas à quel point c'est difficile. Tu ne sais pas ». Et l'âme dit:« Vivons-en simplement la beauté alors. Expérimentons la joie et la passion, le flux des énergies. Faisons l'expérience de la nouvelle création ensemble ».

Le Je Suis dit: « Ce n'est pas moi qui l'ai rendu difficile. C'est toi. C'est toi qui as fait obstacle. Tu as essayé d'interférer avec tout ceci. Tu as essayé d'utiliser ton mental dans ce cheminement, d’en faire un travail. Je ne t'ai jamais demandé de le faire. Tu as essayé d'être l'instigateur, le maître planificateur de cela. Je ne t'ai jamais demandé de le faire. Donc, pourrais-tu juste te sortir du chemin, venir avec moi et profiter, sentir, ressentir l'expérience de l'illumination ».

Le Je suis dit: « Tu sais, c'est un peu comme être assis en plein air par une belle nuit d'été loin de la ville, quand tout est calme, et regarder ensemble vers le ciel; regarder les étoiles filantes, regarder au loin les galaxies, sentir l'incroyable énergie du cosmos. C'est juste comme s’asseoir et faire cela ensemble, plutôt que toi, cher humain, en train de penser que tu dois faire fonctionner tout cela, et que sans toi tout tombera en morceaux ; plutôt que toi en train de penser que les étoiles filantes traversent le ciel grâce à ta pensée  ; plutôt que toi en train de penser que tout disparaîtra si tu fermes les yeux pendant un moment ».

«Alors,» dit le Je Suis, « Asseyons-nous simplement ici pour regarder les étoiles. Profitons de la beauté du moment, plutôt que d'essayer de tout maintenir ensemble, de tout réparer, de faire advenir les choses ».

Le Je Suis dit: « Asseyons-nous juste là ensemble - toi et moi, l'humain, le Je Suis - et profitons de la profonde beauté de notre création. Il n'y a pas besoin de se presser. Tu ne peux pas accélérer le ciel nocturne pour faire arriver le matin. Tu ne peux pas accélérer les mouvements naturels de la conscience ».

Le Je Suis dit: « Tu sais, nous vivons tout cela dans la forme humaine. Voilà ce que nous avons convenu. Nous sommes ici en train de partager cette expérience. Alors maintenant, merde, pourrais-tu simplement te laisser vivre l'expérience ? »

(Pause)

Maintenant, toi, l'humain, prends une grande respiration et d’une certaine façon, ris de toi-même, en pensant à la façon dont tu as essayé de déplacer des montagnes et elles ne se déplacent pas très loin ; en pensant à la façon dont tu as essayé de comprendre tout cela et quel énorme effort cela a été, combien tu as lutté.

Toi, l'humain, tu penses, « Oh, toutes les pensées que j'ai eues. Je pense même à ma pensée maintenant. Comme si penser allait faire une différence. Le fait de penser, hein, cela ne m'a pas vraiment mené très loin ».

Et puis, dans ce beau moment où vous et le Je suis êtes assis ensemble pendant cette belle soirée d'été, à regarder toutes les étoiles scintillantes au loin, le Je Suis étend sa belle main de lumière vers vous et dit: «Cher humain que Je Suis, tu veux bien prendre ma main ? Prends simplement ma main pendant un instant. Ce n'est pas de ton ressort. Je te demande juste d'apprécier l'expérience, de vivre l'expérience, de ressentir l'expérience. Voilà tout ce que je demande. Le reste est pris en charge.

« Cher humain, peux-tu vivre la vie ? Peux-tu être dans la passion ? Peux-tu permettre à tes créations de se manifester ? Peux-tu permettre à tes rêves de devenir réalité ? Voilà tout ce que je demande, cher humain. Le reste est déjà pris en charge.

« Alors, cher humain, cher humain, ne sois pas si pressé. Sois dans la passion et jouis de la vie. Je serai toujours là, même si tu n’as pas l’impression que nous sommes assis ici ensemble sous cette nuit étoilée, je suis toujours là ».

« Et rappelle-toi, cher humain, tout devient nouveau. La planète entière va aller vers le nouveau, et peu importe ce qui se passe, rappelle-toi simplement que tout va bien dans toute la création ».

Merci, chers Shaumbra. Jusqu'au mois prochain, attendez-vous à ce que tout change. Merci. Merci (applaudissements).

Traduit par Annie, Catherine, Emmanuelle et Nicole.

Relu par les traductrices

Mis en ligne par Jean