Dauphins : L´Inde déclare qu´ils sont des personnes.

10-02-2016 18:18

 www.espritsciencemetaphysiques.com/inde-dauphins-sont-des-personnes.html

L’Inde déclare qu’ils sont des personnes « non-humaines », et interdit formellement de faire des spectacles de ces cétacés. Le ministère de l’Environnement et des Forêts en Inde a décidé d’interdire la captivité des dauphins pour le divertissement du public dans tout le pays.

Dans l’Énoncé de politique, le ministère a informé les gouvernements des États de rejeter toute proposition visant à établir un delphinarium « par toutes les personnes, toutes les organisations, tous les organismes gouvernementaux, toutes les entreprises publiques ou privées d’import-export, pour toute captivité d’espèces de cétacés pour le divertissement commercial, pour des expositions privées ou publiques et à des interactions pour quoi que ce soit. »

Pourquoi ?

« Les cétacés sont très intelligents et sensibles en général. Plusieurs scientifiques ont étudié le comportement de ces cétacés et ont suggéré qu’ils avaient une intelligence anormalement élevée par rapport aux autres animaux, ce qui signifie que les dauphins devraient être considérés comme des « personnes non-humaines » et donc ils devraient avoir leurs propres droits spécifiques. Il est moralement inacceptable de les garder en captivité à des fins de divertissement », a indiqué le ministère.

Cela fut une surprise de lire ce sujet, bien que cela soit une information récente, elle a en quelque sorte échappé à l’attention du monde entier et au battage médiatique des nouvelles en continu. L’effort de ré-catégoriser les cétacés (dauphins, baleines, marsouins) comme des personnes non-humaines a pris de l’ampleur pendant une réunion de l’Association américaine pour le progrès de la science en 2011 où un groupe de philosophes, écologistes, et comportementalistes animaliers ont tenté de recueillir un large soutien pour une Déclaration des droits pour les cétacés de la communauté scientifique.

La déclaration : • 1 Tous les cétacés ont droit à la vie.

• 2 Aucun cétacé ne doit être tenu en captivité ou asservi ; être soumis à un traitement cruel ; ou être retiré de son environnement naturel.

• 3. Tous les cétacés ont le droit à la liberté, de circuler et de résider dans leur environnement naturel.

• 4 Aucun cétacé n’est la propriété d’un État, d’une société, d’un groupe humain ou d’un individu.

• 5. Les cétacés ont le droit à la protection de leur environnement naturel.

• 6. Les cétacés ont le droit de ne pas être soumis à la perturbation de leurs cultures.

• 7 Les droits, les libertés et les normes énoncées dans la présente Déclaration doivent être protégés en vertu du droit international et national. Et qu’est-ce que signifient « les droits » d’un animal ?

« Contrairement à […] des droits positifs, tels que le « droit » à l’éducation ou aux soins de santé, le droit des animaux est au fond un « droit de rester seul ». Cela ne fait pas appel au gouvernement d’imposer des taxes afin de fournir de la nourriture aux animaux, un abri et des soins vétérinaires. Cela nous exige seulement d’arrêter de les tuer et de les faire souffrir ».

Ceci me parait légitime considérant que l’intelligence de ces cétacés a été établie depuis longtemps, cette déclaration ne semble pas être une mesure particulièrement radicale.

Les dauphins exposent la conscience de soi, utilisent des outils, coopèrent pour résoudre des tâches et très récemment il a été prouvé qu’ils communiquaient les uns avec les autres à laide de noms de personnes. de noms de personnes. Les implications majeures de les déclarer en tant que personnes non-humaines déclencherait la fermeture des spectacles de dauphins et d’orques des parcs marins, leur mise en liberté des aquariums et des zoos et une interdiction au meurtre comme documenté dans le film oscarisé The Cove.

Bien sûr, la plus grande implication est l’idée de la création d’une nouvelle catégorie de personnes non-humaines. Devrait-t-on nous arrêter aux dauphins et aux baleines ? Si non, où plaçons-nous la limite ? Une fois que nous donnons des droits à certains animaux, comment pouvons-nous justifier l’exploitation des autres ?

Academy Award winning movie The Cove

Credits Photos : Jason Scott Hackman, www.dailykos.com

Sandra Véringa